Xbox Game Pass, Playstation Now et EA Access - La "Netflixation" du jeu vidéo - Asgard GG
Xbox Game Pass, Playstation Now et EA Access – La “Netflixation” du jeu vidéo
Par Ailoas le 31.01.2018

Le jeu vidéo par abonnement, késako ?

Xbox Game Pass, Playstation Now et EA Access, tant de noms donnés pour l’apparition d’un nouveau type de service proposé par les différents éditeurs. Ce nouveau service considéré par beaucoup comme une “Netflixation” du jeu vidéo consiste à proposer l’accès à un catalogue complet de jeux contre un abonnement mensuel.

Chaque service proposant son petit avantage pour se démarquer des autres :

  • Du coté du Playstation Now, on avait le droit à un peu de retrogaming avec l’accès à des jeux PS3, en plus d’un large choix de jeux PS4. Le tout pouvant être streamé sur un PC, à condition d’avoir une connexion le permettant. Et même de pouvoir jouer à certaines exclusivités Playstation sur PC, sans posséder de PS4 via le logiciel PS Now. L’avantage du PS Now se trouvant dans sa capacité à pouvoir jouer à un jeu sans le télécharger, et donc sans devoir le télécharger sur le disque dur. Cette manœuvre possible via le streaming du jeu demande malgré tout une très bonne connexion pour que l’expérience soit optimale et sans interruption. Tout cela pour un abonnement de 16.99 euros par mois.
  • Chez Xbox Game Pass, jouant aussi la carte de la nostalgie, on avait aussi la possibilité de jouer à des jeux Xbox 360. Le catalogue de jeux Xbox One n’étant pas encore très conséquent par rapport à celui proposé chez la concurrence. Ici, pas de streaming comme sur Playstation, vous devez télécharger le jeu pour y jouer. Posant son lot de problèmes pour le téléchargement, mais une fois que le jeu est téléchargé, la qualité de votre connexion n’influera pas sur votre expérience de jeu. Le prix de l’abonnement étant fixé à 9.99 euros par mois.
  • Quant au EA Access, on nous propose comme principal argument de vente l’essai prioritaire aux différents jeux de l’éditeur. Mais bien évidemment, ce n’est pas tout ! Vous aurez aussi le droit à un grand nombre de jeux de l’éditeur regroupés dans «The Vault» allant de jeux rétro au très récent Mass Effect Andromeda. Des rabais de -10% sur les achats numériques étant aussi un autre argument de vente. L’abonnement à ce service coûte 3.99 euros par mois ou 24.99 euros par an.

Ces services pouvaient certes attirer un public, mais principalement un public qui serait à la recherche d’un catalogue de jeux intéressants mais qui n’aurait pas forcément envie de jouer aux derniers jeux qui viennent de sortir. Ou même à une audience cherchant un moyen à moindre coût de jouer aux jeux de la génération passée.

Mais Xbox a récemment changer la donne

Un bouleversement dans la commercialisation du jeu vidéo ?

Comme je le disais auparavant, Xbox a bouleversé l’équilibre qu’il y’avait dans ce type de service. Le Xbox Game Pass propose, pour aucun coût supplémentaire, l’accès à tous leurs jeux exclusifs Xbox et ce dès le jour de leur sortie. 

Xbox Game Pass Netflixation

Mais pourquoi alors parler d’un bouleversement dans la manière de consommer et de commercialiser le jeu vidéo ?
À la manière de Netflix, nous pourrions donc accéder à un catalogue de jeux réunissant des titres sortis il y a quelques années, ainsi qu’aux toutes dernières sorties exclusives à la console de Microsoft. Mais Xbox fait donc un très gros pari en proposant un tel service. Car cela voudrait dire qu’à la sortie du prochain jeu exclusif à la console, vous n’auriez plus à dépenser 60 euros, mais bien 10 euros pour y jouer. Et lorsque vous aurez fini le jeu, rien ne vous oblige à rester abonné aux services proposés par le Xbox Game Pass.

Mais alors comment fidéliser son public ? Pour que le public reste abonné à ce type de service, Xbox va devoir proposer un catalogue conséquent de jeux, mais surtout annoncer un grand nombre d’exclusivités. Ou de trouver un nouveau moyen de proposer des jeux développés exclusivement pour ce type de service comme les “Netflix Originals” pour le service Netflix. Mais nous reviendrons plus tard sur ce point.

La politique de Microsoft tend donc vers des rapports financiers plus lissés en comptant sur les personnes qui vont rester abonnées à ce service, plutôt que de voir des courbes d’achat monter en flèche lors de sortie de leurs jeux phare pour ensuite toucher le fond et faire vache maigre pendant de longs mois. Cela permettrait donc à l’éditeur d’avoir un revenu continu et d’éviter les moments difficiles lors des mois sans sortie de grosses exclusivités.

Et si l’expérience serait concluante, qu’est-ce qui n’empêcherait pas Nintendo et Sony de faire de même et de proposer eux aussi leurs exclusivités day one à leurs abonnés ?
Microsoft a donc lancé un pavé dans la mare, il ne reste plus qu’à voir quelles en seront les répercussions.

Une évolution logique de la vente de jeux vidéo ?

Le jeu vidéo depuis quelques années subit des changements assez conséquents dans la manière dont le public le consomme. 
Autrefois, tout le monde devait se déplacer pour acheter le jeu vidéo sous forme physique. Le support physique ayant des gros défauts comme la prise de place sur les étagères, ainsi que la durée de vie des différents supports. Puis est arrivée l’ère de la dématérialisation du jeu vidéo, nous permettant d’accéder directement au jeu vidéo sans bouger de chez nous, mais nécessitant une connexion internet plus qu’acceptable pour être utilisé à bon escient. Le jeu PC étant actuellement quasiment entièrement dématérialisé en passant par des plates-formes comme Steam ou GoG.
On a même vu des marchés naître et grandir par la popularisation des jeux dématérialisés : le marché mobile. Les jeux mobiles que ce soit sur tablette ou téléphone ne connaissent aucun support physique mais ils ont pourtant réussi à dépasser les supports consoles et PC en matière de vente de jeux.

Les mondes du jeu vidéo physique et dématérialisé cohabitent encore actuellement ensemble car l’accès à internet n’est pas encore optimal dans toutes les régions du monde et il est donc encore important d’avoir des supports physiques. Autre avantage du support physique, la possibilité de parfois trouver les jeux vidéo bradés et donc de pouvoir jouer à moindre coût. Même si la tendance va qu’il est même actuellement possible de trouver toute l’année des jeux moins chers en dématérialisé qu’en boîte.

Mais à l’heure du dématérialisé et alors que dans l’industrie de la série, il existe des services type Netflix pour accéder à une large bibliothèque de séries/films, pourquoi ne pas imaginer voir arriver le même phénomène dans le monde des jeux vidéo.

Imaginez, payer un abonnement mensuel pour avoir accès à un catalogue de jeux illimité ! Ce ne serait que la plus logique des évolutions pour le jeu vidéo. Voir le jeu vidéo devenir encore plus accessible pour les petites bourses via des abonnements pour pouvoir accéder à des jeux avec la possibilité de résilier son abonnement à tout moment. Un rêve qui va se réaliser ou le début d’une ère sombre du jeu vidéo ? Le temps nous le dira.

 Quelles conséquences pour les revendeurs ?

Les magasins revendeurs de jeux vidéo connaissent depuis quelques années des soucis pour faire vendre leur marchandise. En effet, une grande partie du public ne se déplace plus pour acheter leur jeu. Moins d’emballage à jeter, moins de place prise par les multiples boîtes de jeu… toutes les raisons sont bonnes pour éviter ce déplacement inutile.

Revendeur jeux vidéo Netflixation

Si la situation n’était alors pas totalement catastrophique, l’apparition de ce nouveau type de service pourrait signer la fin pour les revendeurs physiques… Si d’autres éditeurs venaient à proposer un type d’offre similaire à celui proposé par Xbox Game Pass. Plus personne ne prendrait la peine d’aller en magasin. Tout le monde aurait des abonnements pour jouer à leurs jeux du moment en illimité. Et plus aucun magasin ne pourra proposer un prix égalant celui de l’abonnement proposé par ces différents services. Le support physique ne serait pas voué à disparaître dans les grandes surfaces, mais je vois que très difficilement comment les petits revendeurs pourraient survivre à une crise pareille.

 Vers un développement de jeux vidéo faits spécialement pour ce type de service ?

Mais comment garder l’envie du public de rester abonné à ce type de service ?
À l’image de Netflix et ses “Netflix Originals”, créés spécialement par la plate-forme pour offrir continuellement du nouveau contenu à ses abonnées, Xbox et les autres éditeurs qui décideraient de se lancer dans ce type de service devront proposer des jeux créés spécialement pour la plate-forme.

Dans le monde du jeu vidéo, comment cela pourrait-il se traduire ? Probablement par l’investissement des éditeurs dans des studios de développement indés qui créeraient des jeux faits exclusivement pour les différents services de jeu à abonnement. Cela permettrait aux joueurs d’étancher leur soif de jeu tout en attendant la prochaine exclusivité proposée pour chaque console.


Conclusion :

Cet article analyse tant les faits et les possibilités que peuvent offrir un changement de consommation et de commercialisation du jeu vidéo comme celui proposé par le Xbox Game Pass. On n’est certains de rien, ce type de service pourrait faire un énorme flop comme il pourrait créer une révolution qui impacterait tout le monde du jeu vidéo et instaurerait une nouvelle façon pour les éditeurs de penser la commercialisation et le développement de certains jeux vidéo.

De là à dire que c’est une bonne chose ou une mauvaise chose pour l’industrie du jeu vidéo, rien n’est encore figé et c’est en partie aux joueurs qu’il revient de décider de la manière dont nous voulons consommer le jeu vidéo dans le futur.

Article écrit par Ailoas le 31.01.2018

Vous pourriez apprécier

Xbox Games Showcase – Un show qui démontre la nouvelle stratégie de Xbox

EA Play Live 2020 : les annonces de la conférence

Conférence PS5 – Le futur du jeux vidéo enfin illustré ?

Playstation 4 – Le festival des exclusivités au service des gamers

Tags: , , , , , , , , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.