StarFlint : The Black Hole Prophecy - Interview de Stunmason Games - Asgard GG
StarFlint : The Black Hole Prophecy – Interview de Stunmason Games
Par Ailoas le 27.05.2017

Bonjour à tous,
Aujourd’hui, nous allons parler du jeu StarFlint : The Black Hole Prophecy ! Mais nous allons surtout parler de son parcours : de comment ce projet, qui a échoué lors de son premier kickstarter, revient aujourd’hui sur le devant de la scène avec un nouveau projet de financement participatif via le Steam Greenlight, le Collectif Square Enix et un Kickstarter qui vient de démarrer.

Pour mieux comprendre ceci, j’ai eu l’immense privilège d’interviewer les développeurs : Stunmason Games.

StarFlint : The Black Hole Prophecy :

Dans ce chapitre, je vais m’attarder sur les détails concernant le jeu pour que vous fassiez connaissance avec l’univers proposé avant d’aller plus loin dans l’analyse de notre sujet et l’interview.

StarFlint : The Black Hole Prophecy est un jeu d’aventure en point’n click en 2D animé, entièrement dessiné à la main. Le jeu est développé par le jeune studio français Stunmason Games, dirigé par Suzanne et Robert Masson.

Le studio Stunmason Games se décrit comme ceci : «Nous sommes un studio de création de jeux vidéo franco-canadien. Nous avons pour ambition de sortir des jeux de qualité, matures et dont nous serons fiers. À l’heure où le libertinage et le strip-tease ne sont plus des tabous, vous serez invité à regarder, participer et jouer en vous faisant plaisir ! C’est pourquoi nous apporterons une touche de charme et d’érotisme à nos softs mais uniquement pour les agrémenter sans en être le seul et principal intérêt. Nous avons à cœur de divertir et de nous adresser à un public adulte qui ne désire aucunement être censuré. À la manière des gros titres actuels, nous proposerons des romances et différentes trames scénaristiques dans nos productions qui seront directement influencées par les choix que feront les joueurs.»

Les développeurs présentent leur jeu ainsi :
«Cette histoire se déroule dans un futur éloigné, où règne un chaos larvé et où de nombreuses races se livrent un combat perpétuel ; le pouvoir est aux mains des corporations les plus puissantes, régnant en maître sur la galaxie.

Ceux qui parviennent à survivre se débattent dans un monde fait de robots, d’attaques de pirates, d’espionnages, de batailles de vaisseaux, de projets scientifiques fous, de luttes de pouvoir, de races aliens exotiques et de belles héroïnes sexy et dangereuses…

Deux destins, plein de bruits et de fureurs, sur fond d’humour et de critique sociale. Un cocktail SF détonnant raconté et mis en images par Stunmason Games.

StarFlint : The Black Hole Prophecy Flint trixie

Nos deux protagonistes principaux : Flint et Trixie

Prenez un jeune contrebandier, Flint, jetez-le dans l’espace au milieu de tas de ferrailles (superbes !), de bestioles improbables (mais dégoûtantes !), de méchants (affreux !), de créatures rondes de partout (et qui savent exactement ce qu’elles veulent) et surtout enrobez le tout de virtuosité, d’élégance et de ce sens du rythme. Puis liez-le à la vie d’une superbe capitaine pirate recherchée par tous et vous obtenez l’une des rares aventures vidéo-ludiques où l’avenir se joue en riant !

Ensemble, ils vont explorer la galaxie, rencontrer de nombreuses races aliens et découvrir les mystères qui se cachent derrière un complot intergalactique. Épicé d’une bonne dose d’humour, de violence et de sexe, les joueurs seront en mesure de personnaliser leur installation secrète afin de gagner de l’argent et d’accueillir plus d’employés, d’élargir ses pièces, de débloquer de nouvelles fonctionnalités et quêtes secondaires ainsi que de nouveaux endroits à explorer. Le jeu proposera plus de 60 PNJs et plus de 60 décors animés incroyables. Sans compter un large éventail de planètes à explorer.

Voici ce qui attend les joueurs dans StarFlint : the Blackhole Prophecy. Leur histoire ne fait que commencer…»

Et le moins qu’on puisse dire c’est que ça a l’air prometteur.

Si vous voulez tester le jeu, une démo est sortie récemment sur PC, Mac et Linux.

Quand la persévérance paye :

Après un premier kickstarter non réussi, la plupart des projets de jeux vidéo ont tendance à disparaître.

Mais ce n’a pas été le cas pour Stunmason Games ! Après un Kickstarter raté, ils ont pris le temps de se reconstruire et ils reviennent aujourd’hui sur le devant de la scène.

Après avoir lancé leur projet sur Steam Greenlight et sur Square Enix Collective, les deux campagnes couronnées de succès, ils ont depuis quelques jours relancé leur deuxième kickstarter en quête du financement attendu.

C’est dans ce cadre un peu particulier que j’ai décidé d’interviewer Suzanne ”Sue” Masson, la CEO de Stunmason Games.

StarFlint : The Black Hole Prophecy personnages

Une galerie de personnages à découvrir

Entretien avec Suzanne Masson, CEO de Stunmason Games

Je tiens déjà à remercié particulièrement Suzanne Masson d’avoir accepter de répondre à nos questions. Sachant que Starflint est le premier projet de l’entreprise, nous avons tout d’abord abordé ce sujet pour ensuite arriver au point central de mon questionnement : comment garder le courage quand on subit un échec alors qu’on est nouveau venu sur la scène vidéo-ludique.

StarFlint : The Black Hole Prophecy Suzanne Masson

Suzanne Masson, CEO de Stunmason Games

Ailoas : Est-il difficile de se faire un nom dans la scène vidéo-ludique, alors qu’on n’en est qu’à son premier projet ?

Suzanne Masson : Difficile, le mot est faible, c’est un milieu très fermé et surtout surpeuplé. C’est donc extrêmement difficile de se faire un nom. La critique est rapide et très dure sur les petits détails. Tout doit être parfait et ce n’est généralement pas le cas quand on n’a pas énormément de moyens. Il faut s’accrocher et surtout être passionné, ce qui est bien sûr notre cas !

Ailoas : Sachant que c’est votre premier projet, avez-vous tous déjà eu de l’expérience dans le domaine du jeu vidéo ou est-ce que certains d’entre vous sont des nouveaux venus dans ce domaine ?

Suzanne Masson : Nous sommes quasiment des nouveaux venus sur ce média même si nous sommes tous de grands gamers ! Leandro Ricardo notre illustrateur et Leandro Franco notre animateur ont tous les deux travaillé pour la Cartoon Network Brésil et ont donc une grande expérience dans le domaine de l’animation et du monde 2D. Nous maîtrisons également la programmation. Il ne nous manquait plus qu’un gros travail d’écriture. Nous nous sommes fait aider et nous avons longuement travaillé sur le scénario, sur ce qui nous était possible de faire ou pas. Nous avons fait énormément de tests sur différents moteurs toujours afin de savoir jusqu’où nous pouvions laisser aller nos rêves et nos imaginations et toujours en ayant pour but d’offrir aux joueurs une expérience de qualité. Un jeu dont nous serions fiers et qui nous représenterait au mieux !

Ailoas : Suite à votre échec avec votre premier Kickstarter, comment avez-vous su garder le courage de continuer le développement et de préparer pendant 1 an le second Kickstarter ?

Suzanne Masson : J’en reviens à la motivation qui a toujours été présente et ne nous a jamais lâchés ! Nous avions déjà fourni tant d’efforts pour façonner sur papier notre jeu qu’il aurait été plus que dommage de nous arrêter en ayant déjà parcouru la moitié du chemin. Nous nous sommes servis de cet échec pour apprendre de nos erreurs, surtout d’un point de vue de la communication. Même s’il n’existe aucune formule magique permettant de toucher un maximum de personnes :p

Comme le dit l’adage, ce qui ne te tue pas te rend plus fort ^_^

Ailoas : Comment avez-vous utilisé cette année pour mettre en place la seconde campagne de financement ?

Suzanne Masson : Sans fonds, il a été difficile de poursuivre plus avant le développement graphique du jeu. Ayant tous un boulot à côté (il faut bien manger et payer les factures), nous avons mis à profit une nouvelle fois notre temps libre pour poursuivre l’écriture du scénario, les différents embranchements des histoires et nous avons amélioré énormément le gameplay au niveau programmation. Des choses qui restent généralement invisibles aux yeux du joueur mais qui forment le squelette et la qualité d’un jeu, ce qui représente un travail colossal au final surtout quand on se donne pour objectif d’offrir aux joueurs un peu de vraie liberté, de véritables choix scénaristiques, différentes fins et des rebondissements passionnants. Il faut maintenant donner vie à tout ce travail de fond, d’écriture et de programmation ! Les fonds que nous réclamons d’ailleurs lors de cette campagne comme lors de la précédente serviront à payer les artistes afin qu’ils puissent travailler à plein temps sur le projet et finaliser l’ensemble de notre oeuvre ! Et ils sont si talentueux !!

StarFlint : The Black Hole Prophecy logo Stunmason

Le logo de Stunmason Games

AiloasGrâce à la réussite de votre Greenlight et de votre Square Enix Collective, avez vous pu créer une communauté assez importante de gens qui supportent votre projet ?

Suzanne Masson : Là encore je vais encore un peu me répéter, une communauté n’est jamais assez grande et il est très difficile d’atteindre les personnes susceptibles d’être intéressées par notre projet, surtout que nous ciblons une catégorie de joueur très restreinte. Il est donc important d’être visible à un maximum d’endroit. Le Greenlight et le collectif de Square Enix nous ont effectivement permis de faire découvrir StarFlint à encore plus de monde et nous ne pouvons qu’en être satisfait. Après, seule la réussite du kickstarter nous permettra d’affirmer si notre communauté fut assez importante ou non. Quoi qu’il en soit, d’être visible et de se faire connaitre est un travail de tous les instants qui me garde éveillée du soir au matin XD

Ailoas : Si vous deviez décrire votre jeu en quelques mots, lesquels vous choisiriez ?

Suzanne Masson : StarFlint sera le jeu auquel nous aurions toujours voulu jouer. Sans faux semblant pour un public mature. Nous ne voulons pas nous censurer dans la mesure du possible !

Ailoas : J’ai vu que souvent la question de la censure revient dans vos déclarations, est-ce quelque chose qui vous tient particulièrement à cœur de présenter des jeux matures pour un public adulte ?

Suzanne Masson : C’est en effet quelque chose qui nous tient particulièrement à cœur. Nous ne voulons pas d’un jeu aseptisé par la censure alors que survient de plus en plus dans les débats le sexisme dans les jeux vidéo. Aujourd’hui, il suffit d’avoir une héroïne ou des personnages féminins un peu trop sexués et tu es tout de suite critiqué, surtout ici en France. Encore plus dur, le crédit d’impôt pour les sociétés du jeu vidéo est conditionné dans tous les sens, surtout quand il s’agit de jeux pour adultes. Alors que l’été, je peux me permettre d’être à la plage topless…

Pour ceux qui ne connaîtraient pas le crédit d’impôt, c’est en gros une aide sur les impôts à payer par les entreprises. Et c’est aussi pour cela que Montréal est devenu la capitale du multimédia avec un crédit d’impôt de près de 40% (à lire pour mieux comprendre).

La censure est d’autant plus présente que les entreprises sous couvert de grands éditeurs ne sont pas forcement libres de faire tout ce qu’ils veulent. Peu proposent des jeux aussi décomplexés qu’un GTA ou qu’un Witcher au final. C’est là l’avantage d’être un petit studio indépendant qui ne doit rien à personne. Bien évidement, c’est à double tranchant, cela veut aussi dire que personne en coulisses ne nous soutient :p.

Pour conclure, ce n’est pas qu’une histoire de cul pour faire du cul. Une histoire doit être profonde, surtout quand on s’adresse à un public adulte. Et elle doit pouvoir aborder et offrir tous les sujets qui sont susceptibles de l’enrichir. Que serait un Game of Thrones sans une goutte de sang ? Les exemples sont nombreux si l’on prend les séries TV comme Spartacus qui ont tendance à se démocratiser depuis quelques années à ce sujet alors que le jeu vidéo risque de voir cette tendance s’inverser si cela continue, surtout en Europe. Bref tout n’est pas tout noir non plus hein, mais voilà pourquoi c’est un domaine qui nous tient tant à cœur. Car nous visons un public d’adultes consentants qui ne désire pas voir des carrés noirs sur nos aliens sexy ou encore entendre des bips à la place de chaque gros mot.

Conclusion :

Nous tenons à remercier chaleureusement Suzanne Masson pour son honnêteté et sa sincérité dans ses réponses.

Je tiens à vous rappeler que le Kickstarter de StarFlint : The Black Hole Prophecy est encore en cours et qu’une démo est disponible sur chaque plate-forme (PC, Mac, Linux) donc n’hésitez pas à tester et aider si vous en avez les moyens.

Article écrit par Ailoas le 27.05.2017

Vous pourriez apprécier

Dry Drowning – Preview d’un jeu narratif parfumé d’amertume

La Ligue Féminine : la première compétition LoL exclusivement féminine !

Pokémon Soleil et Lune : Calendrier de la Démo

Tags: , , , , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.