Sub Terra : Une descente dans les ténèbres - Asgard GG
Sub Terra : Une descente dans les ténèbres
Par Enquibedes le 04.05.2020

Voilà plusieurs années, j’ai voulu partager ma passion des jeux de société avec mes deux petits frères. Petit problème : étant jumeaux, leurs esprits de compétition l’un envers l’autre étaient pour le moins présents. Si cela peut être intéressant durant la partie, l’après se révèle souvent plus compliqué à vivre, n’ayant déjà pas besoin de ça pour se foutre sur la tronche. C’est en cherchant une alternative que je suis tombé sur les jeux coopératifs, un genre qui est très rapidement devenu un de mes préférés. Des jeux mettant en avant la collaboration plutôt que la compétition, dans lesquels on gagne ou on perd ensemble… Parfait !  En cette période de confinement, vous aussi aurez peut-être envie de vous amuser sans vous déchirer ensuite. Laissez-moi donc vous présenter rapidement quelques uns de mes chouchous du genre, en commençant par Sub Terra.

Sub Terra : Can you escape ?

Sub Terra est donc un jeu coopératif de survie horrifique de un à six joueurs. Oui, de un à six joueurs. L’adversaire dans un jeu coopératif étant le jeu lui-même, la plupart de ces jeux peuvent se jouer seul. Je vous vois, vous, qui êtes confinés tout seuls chez vous. Bref, survie, car le but n’est ni plus ni moins que de s’en sortir en vie, et horrifique, car il ne s’agit pas moins que d’une adaptation de The Descent, film d’horreur sorti en 2005. Ceux qui auront vu le film comprendront très vite l’enjeu de Sub Terra. Quant aux autres – et bien, déjà, allez le voir, il est franchement sympa -, voici le concept en quelques mots :

Vous faites partie d’un groupe de spéléologues qui, suite à un incident, se retrouvent coincés dans un complexe de cavernes souterraines. Ignorant tout des dangers tapis dans l’ombre, vous avancez en quête d’une sortie. Mais dépêchez-vous car les piles de vos lampes s’épuisent inexorablement.

Sub Terra spéléologue

Une équipe de choc

Les joueurs auront ainsi le choix entre 8 « spéléos » disponibles : Plongeur, Éclaireur, Géologue, Ingénieur, Grimpeur, Médecin, Garde du corps et Chef.

Chaque personnage possède 2 points d’action par tour qu’ils peuvent utiliser pour effectuer les actions de base, ouvertes à tous, ou des actions spéciales dépendant du rôle choisi. Là où le Médecin pourra plus facilement soigner ses compagnons d’infortune, l’Ingénieur pourra faire sauter des parois afin d’ouvrir de nouveaux passages. À vous de choisir la bonne configuration afin de sortir au plus vite.

Une action coûte entre 1 et 2 points. Si par malheur 2 points seraient insuffisants pour accomplir tout ce que vous désirez durant votre tour, vous avez toujours la possibilité de dépasser les limites de votre personnage. Un 3ème et dernier point est ainsi offert au personnage, mais au risque de se blesser sur un mauvais jet de dé. Avec 3 points de vie par « spéléo », il s’agit d’une ressource précieuse, si par hasard j’avais besoin de le préciser.

Sub Terra Personnages

À chacun son rôle.

Tracer le chemin

L’action principale est donc bien évidemment l’exploration. La grotte composant le plateau de jeu change à chaque partie. Au fur et à mesure que vous avancez dans la grotte, vous piochez la zone suivante dans une pile de tuiles préalablement mélangée, la tuile de sortie étant l’une des 6 dernières. 66 tuiles, en comptant les tuiles de départ et de sortie, composent ce dédale de couloirs naturels. Il est bien sûr possible d’avancer prudemment, découvrant la prochaine zone avant d’y entrer. Cependant, à aller trop doucement, vous risquer d’arriver à court de lumière bien avant d’approcher la sortie. La solution serait donc de profiter de faire les deux, découvrir et avancer, en une action… si bien sûr vous acceptez les risques que cela implique.

Sub Terra exemple de partie

Exploration en cours…

Celui qui chuchotait dans les Ténèbres

Une fois que tous les joueurs ont terminé leur tour, c’est au jeu de jouer. Durant la phase Danger, le premier joueur tire une carte Danger déterminant quel péril les « spéléos » vont devoir affronter. Car évidemment, explorer une caverne n’est pas chose aisée. Chaque couloir, chaque embranchement, peut cacher un danger. Il faudra donc faire attention aux inondations, aux éboulements, aux secousses et poches de gaz. Si ce n’était pas suffisamment compliqué, nos chères victimes vont rapidement se rendre compte qu’elles ne sont pas seules dans ces boyaux souterrains. La grotte recèle plusieurs antres abritant des horreurs ne demandant rien de mieux que de croquer de l’humain.

Sub Terra Horror

“I want you… for dinner !”

Une fois sortie de son antre, l’Horreur va à chaque tour se rapprocher des « spéléos », et le malheureux qui partagerait sa zone se verrait immédiatement hors jeu. Sub Terra étant coopératif, la perte d’un membre de l’équipe peut rapidement signifier une défaite pour tous les joueurs. Déjà parce que la perte de 2 actions par tour peut réellement impacter votre exploration. Ensuite parce que si cet explorateur est éloigné des autres, toute mission de sauvetage envoyée à son secours vous fera prendre un retard conséquent. Enfin parce que le jeu est tout simplement perdu si 3 personnes ou plus sont abandonnées aux ténèbres.

Les Horreurs représentent une menace implacable. Ils avancent chaque tour, se jouant des obstacles pouvant vous ralentir, pour enfin vous rattraper. En l’absence du Garde du corps, seul membre capable d’affronter une horreur, vos seuls choix seront de fuir ou de vous cacher.

Sub Terra Garde du corps

De l’utilité d’un Garde du corps dans l’équipe

Les occasions de mourir ne manquent pas, et si le calme du début de partie peut donner une fausse impression de sécurité, l’exploration de la caverne se révèle très rapidement périlleuse.

En conclusion

J’avais pu tester Sub Terra sur Tabletop Simulator, en solo, et en avait gardé un très bon souvenir. C’est donc sans hésiter que je l’ai commandé lorsque je l’ai vu sur le site de mon magasin préféré. Et après quelques parties, c’est sans regret non plus.

S’agissant du matériel, quelques parties de plus seraient nécessaires afin de se prononcer sur sa qualité et sa durabilité, mais il semble de bonne facture.

La carte aléatoire, bien que ce ne soit pas une nouveauté, est toujours un plus en terme de rejouabilité. Le système se prend rapidement en main, même pour des joueurs moins aguerris, mais n’est pas simple à maîtriser : Ne vous étonnez pas de perdre les premières parties. Si vous trouvez trop simple, le jeu prévoit 3 niveaux de difficulté : Normal, Avancé et Expert. Par ailleurs, la difficulté s’adapte au nombre de joueurs, ce qui n’est pas le cas de tous les jeux coopératifs. Oui, c’est de toi que je parle The Book of Madness ! Mais nous y reviendrons…

Pour compléter, 3 extensions sont disponibles, ayant pour cadre les événements suivant l’exploration prenant place dans Sub Terra :

  • Investigation, permettant de redescendre dans les souterrains afin d’enquêter sur ce qui est arrivé aux premiers spéléologues disparus.
  • Extraction, dont le but est de remonter des échantillons des horreurs tapies dans les ténèbres.
  • Annihilation, pour redescendre et mettre fin une bonne fois pour toute à la menace.

N’ayant pas pu moi-même les tester, je peux difficilement vous en dire plus si ce n’est ma curiosité et mon immense désir de les tester. Sûrement l’objet d’un prochain article !

En attendant, n’oubliez pas de jouer, et prenez garde à ce que se cache dans le noir ! Semper ludens !

Sub Terra Fin de partie

Temps écoulé !

Sub Terra, un jeu de Tim Pinder,
Publié par NUTS! Publishing
Pour un à six joueurs
Durée : 60 minutes
Où le trouver : Votre magasin spécialisé (Amis genevois, Xenomorphe livre à domicile !)
Prix : CHF 35.-
Coopératif

Article écrit par Enquibedes le 04.05.2020

Vous pourriez apprécier

Tags: , , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.