Blood Rage - Quand la mort mène à la gloire - Asgard GG
Blood Rage – Quand la mort mène à la gloire
Par SyvSolar le 11.07.2018

Nom : Blood Rage
Créateur : Eric M. Lang
Illustrateur : Adrian Smith
Éditeur : Cool Mini or Not (CMoN) & Guillotine Games

2-4 joueurs (mieux à 4)
Âge : 14+ (estimation personnelle, non spécifié sur la boîte)
Durée : 1h30 – 2h

Test effectué avec la version française du jeu sortie en magasin et non la version de Kickstarter qui a plus de contenu. Nous n’avons utilisé aucune extension.

 

Blood Rage

 

Par Greg_Mulligan & Syv Solar

 

Blood Rage est un jeu de plateau créé par Eric M. Lang (Call of Cthulhu: the Card Game, Arcadia Quest, etc.), illustré par Adrian Smith (Warhammer and 40K, Magic: The Gathering, Hate, etc.) et publié par CMoN – Cool Mini or Not (Arcadia Quest, Zombicide, Massive Darkness etc.) et Guillotine Games (Zombicide, Massive Darkness, etc). Autant dire qu’il y a du beau monde derrière ce projet.

Lancé en 2015 sur Kickstarter, le jeu a récolté plus de 900.000$ en 15 jours de campagne. Mais avec une telle line-up à la tête du jeu, cela ne pouvait pas se terminer autrement. Il faut avouer que CMoN a le don de vendre beaucoup de rêve avec ses jeux (il suffit de voir les autres campagnes qui font partie des plus gros succès de Kickstarter dans les jeux).

Blood Rage est donc un jeu de contrôle de territoire dans un univers de mythologie nordique avec des mécaniques de Draft. Nous y retrouvons différents clans (serpents, loups, corbeaux et ours) avec de forts visuels vikings ainsi que des créatures fantastiques (Valkyrie, Elfe, Troll, etc.). Chaque joueur incarne donc un clan et son but sera d’acquérir un maximum de Points de Gloire afin d’avoir la meilleure place au Valhalla auprès d’Odin. Pour se faire, ils pourront faire appel aux différents dieux nordiques afin de leur accorder de grands pouvoirs.

Blood Rage

Voici la mise en place de Blood Rage. Peu de matériel, une bonne ergonomie et un joli résultat.

Première chose à constater lorsque l’on ouvre la boîte, c’est que les rangements ont été minutieusement pensés et rien ne traîne, ne se mélange. Chaque chose a sa place et c’est fort agréable. On se met ensuite à ouvrir les cartons de rangement pour découvrir les figurines qui sont d’une excellente qualité. Les détails y sont impressionnants et c’est d’autant plus vrai pour les gros monstres qui sont imposants et donnent une impression de puissance face aux autres figurines standard. Puis on déplie le plateau et manipule les cartes et le reste du matériel. Tout y est somptueux et clair. Les informations nécessaires sont là où il faut et même sans lire les règles on sait presque y jouer.

Quant aux règles, elles sont très bien écrites, il est facile de les comprendre et lorsque l’on a une question, il est aisé de s’y référer pour trouver la réponse. Il y a également un très bon résumé des règles sur la 4e de couverture du livret de règle. Bien que tout soit très clair, le jeu fait appel à des mécaniques qui pourraient déstabiliser des joueurs n’ayant pas forcément l’habitude de jouer aux jeux de plateau. Je pense notamment au système de draft qui peut être frustrant pour un néophyte et il peut s’y sentir perdu à ne pas savoir quelle carte prendre.

La mise en place se fait également sans difficulté car chaque chose a sa place et nous ne sommes pas envahis par une quantité indécente de matériel. Nous choisissons notre clan. Outre le visuel, chaque clan est identique. Ils ont chacun le même nombre de figurines (1 chef, 8 guerriers et 1 drakkar) et les mêmes caractéristiques (la Rage qui définit le nombre de points d’action par âge, les Haches qui définissent la Gloire gagnée lors des batailles et les Cornes qui définissent le nombre d’unités qu’un joueur peut avoir sur le plateau en même temps). Nous sommes à présent prêts à jouer et nous trépignons d’impatience !

 

 

Le Gameplay

 

Blood Rage est découpé en trois Âges, eux-mêmes découpés en six phases : Don des Dieux, Action, Défausse, Quête, Ragnarök et Retour du Valhalla.

Durant la première phase, nous recevons chacun 8 cartes (il reste donc deux cartes inutilisées). Parmi ces cartes, nous en choisissons une et passons le reste du tas à notre voisin de gauche. Nous réitérons ceci jusqu’à ce que chaque joueur ait choisi 6 cartes (il leur reste deux cartes chacun qui sont défaussées). Les noms des cartes nous donnent une rapide indication des synergies qui peuvent en émaner car la majorité porte le nom d’un Dieu (Frigga, Loki, Odin, etc.). Tel que mentionné dans les règles, chaque Dieu a une spécialité. Se focaliser sur le Dieu Tyr nous donnera un net avantage de puissance en bataille, par exemple.

Blood Rage

Nous voici à la fin du 1er âge. Le Ragnarök a frappé et c’est la région de Myrkulor qui en fait les frais.

Une fois la partie de draft terminée, nous entamons les actions. Chaque joueur, chacun son tour, peut effectuer une action qui peut coûter 0 Rage ou plus (on peut piller, se déplacer, jouer une carte ou envahir une zone). La rage fait ici office de Points d’Action. Les tours d’actions se poursuivent jusqu’à ce que tous les joueurs atteignent 0 de Rage. Un joueur n’ayant plus de Rage ne pourra plus faire d’actions, même gratuites.

Les tours s’enchaînent donc avec pas mal de fluidité et on sent l’impact de chacun de nos choix. C’est lors des pillages que nous avons l’occasion de nous battre et là, le jeu nous offre une grande surprise ! Perdre peut également s’avérer très avantageux. Nous ne gagnons peut-être pas les gains du pillage, mais selon notre type de jeu, mourir et aller au Valhalla peut rapporter beaucoup de Gloire !

Pendant ces batailles, chaque joueur impliqué dans celle-ci choisit une carte en main avec une valeur de combat (ou non, pour bluffer). Tous en même temps, ils révèlent leurs cartes et celui avec la plus grande valeur sur la carte, combinée à la valeur de Force des figurines impliquées, gagne la bataille et éventuellement les gains (caractéristiques ou Gloire) du pillage si le gagnant est le joueur ayant pillé la zone.

Une fois que nous avons utilisé toute notre Rage, nous passons à la phase de défausse. Chaque joueur ne garde donc qu’une seule carte parmi celles qui lui restent en main afin de pouvoir éventuellement l’utiliser lors du prochain âge. Les autres cartes sont défaussées et ne seront plus utilisables.

Blood Rage

Ah ! C’qu’on est serré au Valhalla.

Lors de la phase action, parmi les cartes que nous pouvons jouer, il y a des quêtes que l’on pose face cachée. C’est à ce moment qu’elles prennent toute leur importance. Chaque joueur révèle la ou les quêtes placée(s) et gagne de la Gloire selon si la quête est accomplie ou non ainsi que des caractéristiques de clan.

Vient à présent la phase brutale du Ragnarök. L’une des zones du plateau va subir une destruction totale. Il s’agit du Ragnarök. Toutes les figurines s’y trouvant sont immédiatement envoyées au Valhalla et chacune d’entre elles rapporte de la gloire à son propriétaire selon l’âge actuel.

La fin de l’âge est là. Il temps de faire revenir toutes les figurines qui ont été envoyées au Valhalla dans la réserve de leurs propriétaires afin de pouvoir les déployer à nouveau l’âge suivant.

 

 

 

 

 

 

 


Conclusion

Blood Rage

Le géant de feu en jette un max !

 

Blood Rage est un jeu extrêmement plaisant à jouer, fluide et tout simplement beau. Le matériel est de très bonne qualité (la fiche Valhalla en a fait les frais avec du café). Les reproches que l’on pourrait émettre c’est qu’il semble que jouer le couard et sacrifier ses unités (pour autant qu’on choisisse des cartes Frigga et Loki) soit une tactique qui mène facilement à la victoire. Nous n’avons pas encore réussi à déjouer les plans d’un joueur se focalisant sur cette technique. La phase de draft est un moment où l’on pourrait le faire.

Il semble aussi assez compliqué pour un joueur de remonter la pente lorsqu’une de ses stratégies est mise à mal. Si cela se produit durant le premier âge, il est fortement difficile d’obtenir les bonus nécessaires pour tenir la route face aux adversaires, surtout si la Rage vient à manquer. De plus, certaines cartes sont souvent délaissées, tandis que d’autres sont constamment choisies. Il manque peut-être un peu de variété dans la globalité des cartes.

Au-delà de ces points noirs, nous avons pris énormément de plaisir à jouer à Blood Rage et chaque partie s’est révélée relativement différente, même si on peut remarquer des tactiques récurrentes. Blood Rage est facile à prendre en main, mais est difficile à maîtriser. Il devient également très intéressant d’y jouer lorsque les joueurs commencent à avoir de l’expérience avec celui-ci. Nous avons pu remarquer les stratégies s’affiner lors de nos différentes parties.

Nous avons donc ici un jeu très solide que nous conseillons fortement aux adeptes de jeux de contrôle de territoire qui souhaitent en avoir un qui sache bousculer les codes du genre sans pour autant en devenir inaccessible. Les mécaniques sont intéressantes, et surprenantes, et le jeu sait se renouveler au fil des parties non par un énorme contenu de matériel, mais par le gain d’expérience de jeu des joueurs.

 

 


Résumé

Visuel : 5/5
Les illustrations sont somptueuses (merci Adrian Smith), chaque information trouve sa place et la clarté de celles-ci aide à fluidifier les tours de jeu. Les figurines ne sont pas en reste car chacune d’entre elles fourmille de détails. Le design du jeu est si bien réalisé qu’il permet aux joueurs de se projeter dans l’univers du jeu avec succès et les fait se sentir comme des chefs nordiques devant mener leur clan au Valhalla de la manière la plus héroïque et gratifiante.

Qualité du matériel : 4.5/5
Le matériel est de très bonne facture (comme dit plus haut, le Valhalla a subit un déluge caféique, mais y a survécu). Les imprimés sont beaux, clairs et l’encre semble être de bonne qualité (pas d’effacement des images). Les figurines sont de qualité standard. On peut malheureusement apercevoir que certaines figurines ont leurs lances tordues, malgré le rangement impeccable. Chose qui est très courante dans les jeux à figurines, mais on aurait espéré pouvoir l’éviter en voyant le soin apporté au rangement du matériel.

Prise en main : 4/5
Pour les habitués de jeux, les mécaniques sont faciles à assimiler car présentes dans de nombreux jeux. Le déroulement d’un tour est fluide et clair. En revanche, pour espérer remporter la partie il faut suivre une des stratégies existantes, ce qui favorise les joueurs qui les connaissent déjà et c’est grâce à la multitude des cartes que ceux-ci peuvent construire leur stratégie. Connaître les cartes est donc un atout indéniable.

Profondeur du Gameplay : 4/5
Bien que les mécaniques abordées dans le jeu soient simples, le jeu offre une grande palette de combinaisons et de stratégies différentes. La multitude de combinaisons possibles donne un réel intérêt aux drafts de début d’âge et le choix des cartes peut clairement être décisif quant à l’issue de l’âge en cours. Il est aussi bon de comprendre quel type de jeu chaque adversaire emploie. C’est ce qui donne une dimension très stratégique à Blood Rage.

Rejouabilité : 3.5/5
Grâce aux drafts en début de chaque Âge, Blood Rage offre aux joueurs des parties relativement différentes les unes des autres. En revanche, un joueur expérimenté sera tenté de se diriger vers une stratégie mesquine (carte du dieu Loki) qui semble être plus concluante en termes de résultats. De plus, on fait vite le tour des cartes disponibles et certaines personnes pourraient s’en lasser. Pour autant, le jeu est très plaisant à jouer dans sa globalité et on y revient avec enthousiasme.

Note globale : 4/5

Article écrit par SyvSolar le 11.07.2018

Vous pourriez apprécier

Tags: , , , , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.