JIS #5 : Stray Fawn Studio, l'amour de la génération procédurale - Asgard GG
JIS #5 : Stray Fawn Studio, l’amour de la génération procédurale
Par Ailoas le 11.04.2018

Bonjour à toutes et à tous !
Aujourd’hui, dans ce nouvel article sur le jeu indépendant suisse, nous allons parler du studio zurichois Stray Fawn Studio et de leurs deux jeux : Niche, et Nimbatus. Ces deux jeux utilisent une technologie dont nous allons aussi vous parler : la génération procédurale.

Je vous laisse aussi jeter un œil à nos autres articles sur le jeu vidéo indépendant suisse dont le dernier en date sur Adventures-Mat.

Stray Fawn Studio :

Stray Fawn Studio

Stray Fawn Studio est un studio de jeux indépendants basé à Zurich. Il a été fondé par Micha Steller et Philomena Schwab. Le studio se concentre principalement sur le développement de deux jeux vidéo : Niche – un jeu de survie avec des éléments de génétique et d’évolution, et Nimbatus – un constructeur de drone de l’espace. Ces deux jeux sont basés sur une génération procédurale du monde et la liberté créative du joueur de créer sa propre espèce animale (Niche) ou designer ses propres drones (Nimbatus).

Stray Fawn Studio a été fondé le 28 novembre 2016, jour qui correspond aussi à l’anniversaire de ses deux créatrices (Micha et Philomena). Le premier jeu du studio Niche était à la base la thèse de bachelor de Philomena. À la sortie de Niche en septembre 2017, l’équipe s’est décidée de se concentrer sur Nimbatus. Nimbatus étant à la base le jeu sur lequel Micha travaillait avant la création du studio.

La génération procédurale :

Avant de parler plus longuement des jeux produits par Stray Fawn Studio, nous allons parler de la génération procédurale et essayer d’en donner une définition correcte.

Tout d’abord, il faut bien comprendre que nous ne parlons pas d’un genre de jeu, mais d’une méthode de programmation de celui-ci. Créé dans les années 80 pour éviter de surcharger la RAM des machines, la génération procédurale a été utilisée pour générer des niveaux au fur et à mesure de la progression pour éviter de devoir stocker les niveaux. Cette méthode permettant aussi la création de monde beaucoup plus grand. Ces niveaux sont donc calculés dans le CPU via des formules mathématiques. La génération procédurale tient aussi son origine des jeux de rôle papier et du côté unique de chaque partie. C’est dans l’envie de créer des donjons uniques à chaque joueur que des jeux comme Rogue sont nés, où chaque joueur arrive en jeu avec des stats aléatoires et doit parcourir un donjon qui sera généré spécialement pour cette partie. Cette méthode qu’on juge souvent aléatoire, ne l’est pas du tout. On parle ici de génération procédurale. Par exemple, le jeu dispose d’une quantité définie de salles stockées dans la RAM, chacune de ces salles vont être mises à la suite pour créer différents niveaux cohérents (disposant d’une entrée et d’une sortie). Évidemment, pour rendre les niveaux cohérents, un certain nombre de règles doivent êtres fixées.

Ainsi, le rôle premier de la génération procédurale était de rendre chaque partie unique tout en permettant la création de grands mondes sans pour autant surcharger la RAM des PC de l’époque. Plus tard, ce principe sera réutilisé pour créer et répartir des équipements de façon procédurale dans les différents niveaux. Encore plus tard, nous avons vu l’utilisation de la génération procédurale dans des jeux comme Minecraft. Dans Minecraft, certaines ressources sont uniquement trouvables dans certains biomes, ce qui va obliger le joueur à explorer et partir à l’aventure, donnant ainsi une utilité à la génération procédurale en matière de gameplay.
Mais ce n’est pas là, la seule utilisation possible de la génération procédurale. Le calcul procédural peut être aussi utilisé pour fabriquer les différentes ressources d’un jeu, ce qui permet d’avoir un rendu plus réaliste.

Niche – Un jeu de survie génétique

Niche est un jeu de survie génétique au tour par tour pour PC, Mac et Linux. Utilisez la génétique pour créer votre propre espèce animale pour vous adapter au mieux à votre environnement. Survivez contre tous les dangers de la vie comme les prédateurs, le changement de climat ou encore les maladies.

Niche est un projet qui est né il y a cinq ans alors que Philomena n’arrivait pas à se décider entre des études en Biologie ou en Game Design. Évidemment, le game design a eu le dessus, mais elle a toujours continué a être passionnée par la biologie, en particulier sur les sujets comme l’évolution ou la zoologie. C’est donc ainsi que Philomena a décidé de créer un jeu se concentrant sur l’adaptation génétique pour sa thèse de fin d’étude. Niche était né.

Niche a pu être financé via le site de financement participatif Kickstarter. Le jeu qui a la base affichait comme objectif 15 000 euros pour financer son développement, a finalement obtenu 72’375 euros pour 2838 contributeurs.

Nimbatus – Le jeu de construction de drones

Nimbatus est un jeu d’action/simulation à génération procédurale. Construisez des drones à partir de plus d’une centaine de pièces et explorez une galaxie entièrement destructible. Durant votre voyage, vous ferez face à de dangereux challenges et devrez faire des recherches pour améliorer quotidiennement vos drones.

Nimbatus a aussi bénéficié d’une campagne Kickstarter réussie ! Le jeu qui demandait 20 000 chf pour son développement, a finalement récolté 73 888 chf pour 2892 contributeurs !


Conclusion :

Stray Fawn Studio est un studio qui en dit beaucoup sur les ambitions suisses à l’international ! Comme vu dans notre article sur le potentiel des jeux vidéos suisses, les développeurs suisses sont ambitieux mais ils manquent encore de moyens et doivent en trouver ailleurs qu’en Suisse. Ici, c’est par le financement participatif qu’elles ont principalement réussi à permettre un développement de leurs jeux, mais ce n’est pas encore le cas de tout le monde.

Stray Fawn Studio est surtout un studio de passionnées qui montre qu’elles peuvent marier leur passion (la biologie et l’espace) avec leur travail ! Leurs jeux sont à la fois ambitieux et éducatifs car ils demandent à la fois de la réflexion et d’apprendre. Niche est une très bonne entrée en matière pour comprendre la biologie et l’évolution, alors que Nimbatus, lui, nous oblige à réfléchir pour améliorer son drone et mener sa mission à son terme. Stray Fawn Studio est donc un studio à garder à l’œil tant on pourrait très vite en entendre parler à l’international !

Article écrit par Ailoas le 11.04.2018

Vous pourriez apprécier

JIS #10 : Sunnyside Games – Inlight, l’aboutissement de Towaga !

MonsterProm, un dating sim totalement déjanté !

JIS #9 – Okomotive – FAR : Lone Sails, le “Limbo” suisse ?

JIS #8 : Digital Kingdom – Invisiballs, le jeu de cache-cache compétitif !

Tags: , , , , , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.