JIS #14 : Playables - Entre art abstrait, jeu vidéo et récit philosophique - Asgard GG
JIS #14 : Playables – Entre art abstrait, jeu vidéo et récit philosophique
Par Ailoas le 15.07.2019

Bonjour, nous allons parler d’un studio suisse un peu spécial : Playables. Et nous allons aussi parler de leurs jeux très spéciaux qui mènent à la réflexion philosophique. Mais au-delà du jeu vidéo, nous sommes ici devant un studio qui adapte leur film d’animation en jeu vidéo et même en exposition !

Pour découvrir plus de jeux suisses, je vous laisse lire l’article sur Ninza, un jeu alliant technique et fun ou encore Persephone, un jeu d’énigme sur mobile.

Playables : Studio, artistes et société de production

Playables est un studio de production fondé en 2015 à Zurich. Le studio a été créé par Mario Von Rickenbach et Michael Frei. Les deux ayant des spécialités très différentes.

Michael Frei est un réalisateur suisse et animateur de talent. Il est notamment le créateur de Plug & Play (qui a été adapté en jeu comme nous allons le voir par la suite) et Not About Us. Il a reçu de nombreux prix pour son travail sur ces deux titres. Son style est souvent très peu compréhensible au premier abord, mais le but est d’amener le spectateur (ou le joueur) à se poser des questions et à trouver seul les réponses.

Mario Von Rickenbach, quant à lui, est un game designer suisse et développeur. Il a notamment été récompensé pour son travail sur des jeux comme Mirage, Krautscape, Drei et Rakete. Tant de jeux que je vous conseille de tester, car ils proposent des gameplays intéressants ! Avec notamment Krautscape qui propose un jeu de course avec une création procédurale de la piste influencée par les joueurs. Drei qui demande à trois inconnus à travers le monde de collaborer pour construire une tour. Et Rakete, qui vous transpose dans le rôle d’un propulseur de fusée : à l’aide de vos 4 collègues, vous devrez tenter de poser la fusée sans la faire exploser.

Le duo est né lors de l’adaptation de Plug & Play, qui était alors sorti précédemment en film d’animation. Michael Frei a donc pris contact avec Mario et l’ Etter Studio pour développer une version interactive du court-métrage animé Plug & Play. C’est deux ans après la sortie du film, que sortira le jeu vidéo Plug & Play en 2015.

Plug & Play :

Nous allons parler maintenant du premier jeu issu de la collaboration entre Mario et Michael. Les deux jeux dont nous allons parler étant très courts, je vous conseille de les faire avant de lire la fin de l’article. Ils sont trouvables sur Steam pour moins de 8 CHF. Et ils vont non seulement vous faire réfléchir, mais ils vont certainement aussi vous faire passer un bon moment.

Si vous n’avez pas fait le jeu, cette courte description risque de vous gâcher la surprise et surtout le pitch du jeu.

Plug & Play est un jeu qui explore les sentiments d’être anthropoïde qui vont au-delà de la sexualité et la reproduction : l’amour. Plug & Play est un jeu surréaliste avec des prises.
Le jeu est au premier abord très whathefuckesque, mais malgré cela on sent que rien n’est fait au hasard. Tout sert son propos et finalement, on comprend l’intérêt de ces scènes.

Kids :

Dernier né de la collaboration de Michael Frei et Mario Von Rickenbach, Kids est récemment sorti sur PC et mobiles. Le jeu aborde le même style minimaliste de Plug & Play mais choisit un tout autre sujet. Ici, ce n’est pas la reproduction, le sexe et l’amour qui sont explorés mais les dynamiques de groupe. Mais comment mettre le joueur/spectateur dans le rôle d’une personne qui appartient à un groupe ? En le renvoyant à la quête d’identité et d’appartenance que nous avons tous vécue : l’enfance.
Comment se définir quand nous sommes tous égaux ? Qui dirige la foule ? Que se passe-t-il si elle va dans la mauvaise direction ? Où finit l’individu et où commence le groupe ? Que fait-on par choix et sous la contrainte ? Tant de questions auxquelles le jeu tente de répondre.

Mais Kids n’est pas seulement un jeu vidéo, c’est également une exposition interactive. Comme son homologue vidéoludique, le projet a pour but de décrire les traits et les comportements humains, non via des features visuelles ni par des mots, mais via le mouvement de personnages animés en relation entre eux.


Conclusion : Playables, des jeux étranges mais un game design parfaitement dosé

Playables, c’est le game design qui sert parfaitement son propos. Tout est toujours pensé pour transmettre un message. Rien n’est jamais laissé au hasard. On est devant l’excellence suisse en matière de Game Design et de narration.

La grande force de Playables, c’est aussi sa diversité. Film d’animation, exposition et jeu vidéo, tels sont les diverses possibilités de création qu’ils peuvent réaliser. Nous sommes donc souvent ici devant des œuvres d’art à part entière. Playables rentre parfaitement dans la définition du potentiel du jeu vidéo que le conseil fédéral avait reconnu en avril 2018.

J’attends avec hâte de découvrir les futures collaborations entre Mario Von Rickenbach et Michael Frei, tant leurs jeux sont souvent étonnants mais toujours impactants. Des jeux qui font réfléchir, avec un game design bien pensé et un gameplay simple pour le rendre accessible à tout le monde.

Article écrit par Ailoas le 15.07.2019

Vous pourriez apprécier

Canton de Vaud : Appel à projets de jeux vidéo !

JIS #13 : Ninza – Du fun en barres pour un gameplay précis et punitif !

Limited Connection – De la Global Game Jam Geneva à une sortie en juillet !

noetic lance sa campagne participative pour un Gaming Center !

Tags: , , , , , , , , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.