En plein confinement : un point sur la new gen' - Asgard GG
En plein confinement : un point sur la new gen’
Par Flowa le 07.04.2020

Tandis que nous faisons la guerre à un virus en nous tenant le plus près possible de nos consoles de jeu ou de nos PC gamer oriented, une autre guerre se prépare, moins létale et beaucoup plus réjouissante à observer. Une bataille qui fait rage depuis des décennies avec des acteurs qui changent parfois, mais sans doute jamais autant que cette année. Une baston avec un grand B, du pugilat à l’échelle que les anciens, par exemple ceux qui accusent le poids de plus de trois décennies, appellent depuis les premiers coups échangés : la guerre des consoles ! (Ajoutez un bruit, genre TIN TIN TIN TIN, pour ajouter un côté solennel au bouzin.)

Fan boyz in the hood

Si cette année est chamboulée comme peu d’années l’ont été dans l’histoire des années chamboulées, ça ne l’empêche pas d’être particulièrement intéressante. En effet, une nouvelle génération de consoles qui débarque, c’est toujours l’assurance d’avoir des échanges de bifles entre fanboys des différentes crèmeries avec la mauvaise foi collée au corps comme le sont les masques que portent désormais en masse les passants de notre monde en quarantaine. À chaque annonce, news, articles ou autres, Jean Eustache aka Killer-du-95 et Saturnin alias XX_Nique-la-pistache_XX s’étriquent à coups de posts à l’orthographe douteuse pour crier au monde leur parole d’évangile et convertir les ignares qui ne pensent pas comme eux. Du pain béni pour les sociologues de tout poil.

Mais derrière les fanboys en furie, il y a tout un monde qui vit un bouleversement. Google est entré dans la danse, certes en se prenant méchamment les pieds dans le tapis, avec sa Stadia ; le cloud gaming est annoncé comme l’avenir, Nintendo continue de faire la cuisine à sa sauce et deux consoles avec du lourd dans le moteur s’apprêtent à débarquer chez Microsoft et Sony, les deux poids lourds des trois dernières générations de consoles. Ça fait du monde sur le ring et il va y avoir de la mandale dans l’air !

Guerre des consoles 2.0

Attardons-nous un peu sur ce qui se cache sous le chapeau des deux consoles favorites de ces deux meilleurs ennemis. Le Xbox Series X a tout d’abord retenu l’attention des spectateurs avec ses 12 Teraflops face aux 10 Teraflops et des biscuits de la nouvelle PlayStation astucieusement appelée PlayStation 5. Il n’en fallait pas moins pour qualifier la bête américaine de console la plus puissante du marché. Si cela peut effectivement être le cas, Sony, via une présentation que le grand public a peut-être prise pour ce qu’elle n’était pas (de base dédiée aux développeurs), a équilibré le débat en dévoilant une partie des fonctionnalités de sa machine.

On ne détaillera pas ici toutes les spécs analysées depuis des semaines sur les différents sites spécialisés ou de voyance pour ceux qui donnent déjà un vainqueur. Ce qui saute aux vieux, comme aux plus jeunes d’ailleurs, c’est que les deux consoles se rejoignent sur de nombreux points, le GPU va ronronner sévère et envoyer du Ray Tracing plein les mirettes, la rétrocompatibilité est à l’honneur, la RAM va éviter à la console de ramer (la fatigue à cause du télé-travail, toussa, toussa) et du côté des disques durs, on mise sur le SSD et l’extensionalité… l’extensionabilité… l’extensi… sur le fait de pouvoir augmenter sa capacité de stockage à l’externe ou à l’interne en payant sans doute au passage une petite douille de plus pour avoir du produit officiel. Bref, niveau hardware, ça casse les quatre pieds de la table et les trois pattes du canard, impossible donc à l’heure actuelle de vraiment lâcher une tendance au vu des informations actuelles car même si la console américaine semble légèrement supérieure en termes de performances pures, la japonaise profite de la victoire écrasante de sa petite sœur et peut-être d’une image plus accessible pour le grand public.

Du monde dans la mêlée

Comme nous le disions plus haut, réduire ce pugilat de grosses cylindrées à Sony et Microsoft est un peu réducteur et sans doute même un aveu de l’incompréhension de la mutation du marché du jeu vidéo. C’est ce que Phil Spencer déclarait d’ailleurs avant qu’un pangolin mette à genou notre planète couverte de bleus par la pandémie : Sony et Nintendo ne sont pas ses principaux adversaires, notamment en termes de Cloud Gaming. Certains y ont vu un boulard du boss de la firme de Redmond, mais si on pousse la réflexion plus loin que les fanboys aux œillères bien vissées, difficile de lui donner tort. Sony et Nintendo n’ont pas la puissance de frappe de Google, ni celle d’Amazon ou d’Apple, entre autres, qui viennent faire du pied au gaming.

Nintendo s’est depuis longtemps décalé par rapport à ce combat de coq, proposant, avec succès, une alternative à la course à la puissance. C’est donc Sony qui pourrait être le plus menacé dans la bataille à venir. S’il reste certes, dans la tête du grand public et d’une partie des gamers chevronnés, comme la marque phare du jeu vidéo sur console, cette image doit s’entretenir et nous ne pouvons pas nier que ces dernières lunes, la communication de leur côté est plutôt obscure.

La fin du loup ?

Les départs en interne chez l’ogre japonais n’ont jamais été aussi nombreux que ces trois dernières années, les égos s’entrechoquent, la conférence de Mark Cerny était peut-être inadaptée pour dévoiler des premières informations attendues dans le monde entier et même les premières démonstrations n’ont pas forcément convaincu. L’impression que Sony est dans le dur comme après l’écoute d’un album de Jul n’est pas loin. Mais, la route est encore longue et tout n’a pas encore été dévoilé, loin de là. Toutefois, attention de ne pas refaire les erreurs de la PS3 par excès de confiance.

Bref, n’y voyez pas un article à charge contre la future PlayStation 5, juste des interrogations d’un joueur abonné à Sony depuis longtemps face à la métamorphose de notre monde virtuel. Car si les japonais semblent ramer un peu en ce moment en laissant un boulevard pour la communication de XBox, il ne faut pas oublier que la PlayStation vient d’écraser la One sur cette génération. Microsoft doit donc frapper fort, doit essayer de refaire son retard et son droit à l’erreur est donc moindre par rapport à Sony qui peut se permettre un ou deux faux pas.

Wait and see

Finalement, on se rend compte en discutant depuis 15 minutes tous ensemble, que le hardware n’est peut-être finalement pas si important. Le nerf de la guerre est, comme la vérité, ailleurs, notamment au niveau des services (Game Pass et/ou xCloud, PlayStation Now, etc…), des offres et comme toujours, des jeux. Car si depuis des semaines, on parle beaucoup de biceps, de qui a la plus grosse, on n’a pas encore vu beaucoup de jeux et c’est quand la communication va commencer à se focaliser sur ce point que nous pourrons peut-être nous positionner et jouer notre salaire annuel sur le vainqueur. Et dans ce pari, il ne faudra pas oublier le PC, qui vise toujours aussi haut en termes de rendu et voit les offres faire du pied aux joueurs consoles avec des prix qui incitent à la réflexion. L’exemple parfait est l’Asus Rog qui embarque une architecture qui se rapproche des deux consoles phare en lorgnant également du côté d’AMD, enterrant au passage ce qui restait de la domination d’Intel.

Décidément, la bataille qui débute est quoi qu’il en soit passionnante, les mois qui viennent auront leur lot d’annonces et avec l’annulation des diverses conventions, les constructeurs, développeurs et éditeurs devront trouver d’autres moyens de communiquer. Chercher d’autres occasions de se montrer, être peut-être plus créatifs et cela insufflera peut-être un vent de fraîcheur sur les événements à venir. Le secteur n’a peut-être jamais été aussi dense, avec autant d’acteurs cherchant à obtenir le premier rôle.

La fête à la maison

Si on ne sait pas encore aujourd’hui quels seront les impacts du Coronavirus sur les différentes sorties que nous attendons de pied ferme, il faudra adapter notre patience en conséquence et ne pas se montrer trop exigeant. L’urgence médicale doit évidemment passer avant nos envies de gamers ou les exigences de ce marché. S’il est légitime d’avoir envie que rien ne soit repoussé, soyons indulgents et bienveillants envers les entreprises, les studios qui ont le bon sens de décaler les sorties, les développements pour permettre à leurs employés d’être en sécurité.

Profitez du confinement pour finir ces anciens jeux que vous ne ferez sans doute pas tourner sur vos consoles flambant neuves. Prenez soin de vous et de vos proches. La routine du confinement commence à s’installer, n’en oubliez pas pour autant de rester vigilants.

Article écrit par Flowa le 07.04.2020

Vous pourriez apprécier

The Game Awards 2019 : La Next-Gen se présente enfin !

Cloud Gaming : Futur du jeu vidéo, mais à quel prix ?

Tags: , , , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.