La conservation des jeux vidéo, un enjeu culturel - Asgard.gg

La conservation des jeux vidéo, un enjeu culturel

Pong illustration conservation

Pong

En 1972 apparaissait le jeu pong souvent considéré comme le premier jeu vidéo, statut souvent contesté par des jeux comme tennis for two. Pong n’en faisait pas moins véritablement démarrer l’histoire du jeu vidéo et de son industrie. Depuis, le jeu vidéo et la culture (ou contre culture) l’entourant n’ont cessé d’évoluer, cette évolution concerne autant les jeux en eux-mêmes que les supports de diffusion, les méthodes de création et de production ainsi que celles de management au sein des studios. Aujourd’hui, alors que certaines machines ou jeux se font de plus en plus rares comme par exemple le prototype du commodore 65, la question de la conservation de cet immense patrimoine vidéoludique se pose avec de plus en plus d’insistance. Mais quelles méthodes de conservation peuvent-être utilisées pour la sauvegarde de ce patrimoine et quels problèmes cela pose-t-il ? Et alors comment les surmonter?

Commodore 65 conservation

Commodore 65

 

Conservation matérielle

Si, lorsqu’on parle de conservation en ce qui concerne le jeu vidéo, on pense d’abord à une conservation du matériel des outils propres à ce médium (cartouches, consoles ect…), la conservation de ces objets cause des problèmes sur le long terme et très long. En effet, ces supports physiques se détériorent relativement rapidement, ils sont donc appelés à disparaître sur le long terme ou du moins à ne plus fonctionner. Malgré ces difficultés, l’association M.O.5 s’est spécialisée dans la conservation des composants hardware et la B.N.F (bibliothèque nationale française) dispose elle-même d’une collection. Si les vieilles consoles sont menacées sur le long terme les techniques commerciales actuelles dont l’obsolescence programmée rendront la conservation des consoles récentes sans doute encore plus complexe, ce qui nous amène à considérer l’industrie du jeu vidéo comme un obstacle à la conservation de son propre patrimoine.

Consoles B.N.F conservation

Exposition collection de consoles de la B.N.F

Le problème du  jeu vidéo est qu’avant d’être un bien culturel il est avant tout considéré comme un bien de consommation. L’industrie ne présente donc logiquement aucun scrupule à détruire ce patrimoine lorsque cela répond à des logiques commerciales. On peut penser à Nintendo brûlant ses stocks de NES ou même au millier de cartouches E.T enterrées par Atari. Ces destructions intentionnelles ont bel et bien un sens dans une optique commerciale, elles en restent un obstacle à la conservation, car aussi mauvais que puisse être E.T il est a posteriori devenu le symbole de la crise qu’a connue le jeu vidéo en 1983.

S’il parait impossible de conserver une console physique sur le très long terme, l’émulation semble ouvrir une voie salutaire pour la sauvegarde de l’architecture binaire de ces machines. Il est déjà possible de reconstituer l’architecture de vieilles consoles sur des puces à circuit logique programmable, mais on connait plus généralement les émulateurs qui permettent de reconstituer par logiciel le comportement des veilles consoles et qui permettent de jouer à nos vieux jeux directement sur nos nouvelles machines et permet donc de conserver les jeux en tant que logiciels.

Cartouche E.T conservation

Cartouche E.T enterrée par Atari

 

 

Conservation logicielle

Les œuvres numériques présentent en effet l’avantage contrairement aux arts plastiques de pouvoir se copier à l’infini. Cependant, une fois de plus l’industrie pose quelques problèmes, puisque le jeu vidéo étant avant tout un produit de consommation, sa copie est largement interdite. Malgré cela, nombre de jeux vidéo ont été sauvés grâce à la pratique du piratage, on peut prendre l’exemple de l’éditeur Taito qui, ayant perdu la plupart des codes source de ses jeux des années 80, s’est trouvé contraint de récupérer ses jeux auprès de pirates pour les recommercialiser.

Bien qu’il existe des mesures comme celles initiées par la B.N.F qui contraignent les éditeurs français à un dépôt légal, ces contraintes sont trop faibles (donc souvent contournées) et les initiatives au niveau mondial trop peu nombreuses pour permettre une protection décente du jeu vidéo. Les initiatives nécessaires sont donc d’ordre politique et malheureusement le jeu vidéo ne s’est pas encore réellement immiscé dans le débat public. Malgré tout, on peut noter quelques interventions lors de la présidentielle 2017 concernant le jeu vidéo notamment de la part de Jean-Luc Mélenchon.

Malgré les différents obstacles s’opposant à la conservation du jeu vidéo, on peut tout de même se réjouir des faibles pertes subites en comparaison avec les énormes pertes subites lors des débuts du cinéma.

 

Conservation culturelle

La sauvegarde du patrimoine vidéoludique ne s’arrête cependant pas aux seuls jeux et consoles. En ce qui concerne les archives de création on peut saluer des initiatives comme le CNJV  (Conservatoire National du Jeu Vidéo) qui a pour objectif de collecter un maximum d’archives ayant trait à la création de jeux.

On peut également s’intéresser à l’importance de la sauvegarde des magazines de l’époque puisqu’ils témoignent de l’impact que chaque jeu a eu en son temps, ce qu’il apportait à son genre et au jeu vidéo. Autant d’informations qui permettront et permettent déjà à certains l’écriture d’une histoire du jeu vidéo. On peut encore penser aux biographies d’auteurs comme celles éditées par pix’n love (Game artist, designer ect…). Ses créations, qui servent autant à conserver la mémoire qu’à partager la culture vidéoludique, mettent en évidence que pour exister, une culture, au-delà d’être conservée, doit être diffusée et partagée.

Michel Ancel biographie conservation

 

 

Philosophie des jeux vidéo conservation

En effet, la diffusion de la culture est aussi si non plus importante que la conservation à proprement parler pour que cette dernière puisse vivre. La diffusion prend alors pied évidemment dans les communautés de joueurs, ici même ou nous partageons notre intérêt du jeu vidéo mais aussi dans les milieux universitaires à travers des ouvrages comme Philosophie des jeux vidéo du philosophe Mathieu Triclot.

 

 

 

 

 

 

 

En bref, malgré les obstacles à la conservation du jeu vidéo notamment sa conservation matérielle les pertes sont peu nombreuses si nous comparons au cinéma. Même si les mesures au niveau politique ne sont pas toujours prises, on est en droit de les espérer, car il est surtout important de retenir qu’au-delà de sa conservation, sa diffusion dépend de nous tous et que c’est probablement cette diffusion qui fera que finalement le grand public s’intéresse à la conservation du jeu vidéo et augmente donc ses exigences à ce sujet.

Article écrit par Ravengar le 10.09.2017

Vous pourriez apprécier

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Pin It on Pinterest

Shares