Le Conseil fédéral suisse reconnait le potentiel des jeux vidéo ! - Asgard GG
Le Conseil fédéral suisse reconnait le potentiel des jeux vidéo !
Par Ailoas le 09.04.2018

Bonjour à toutes et à tous !
Grande nouvelle pour le jeu vidéo en Suisse ! Dans un rapport approuvé le 21 mars 2018, le Conseil fédéral suisse a reconnu le potentiel des jeux vidéo ! Ce rapport qui porte le nom « Les jeux vidéo. Un domaine de la création culturelle en développement » avait pour but de présenter un état des lieux du développement de jeu vidéo en Suisse, et les mesures qui devraient/vont être prises pour améliorer et encourager le côté culturel «innovant et transversal» du jeu vidéo.
Dans ce rapport, le jeu vidéo est considéré comme «des objets culturels, vecteurs de nouvelles formes de créativité et de développement technologique.» Alors que le jeu vidéo est encore accusé d’être la cause de violence, ou que l’addiction au jeu vidéo a été reconnue comme une maladie par l’OMS, cela fait du bien d’avoir enfin de bonnes nouvelles.

Mais qu’est-ce que cela veut concrètement dire, nous allons essayer de déchiffrer tout ça.

Le potentiel des jeux vidéo enfin reconnu :

Depuis sa création, le jeu vidéo a subi de multiples transformations pour en arriver où il en est aujourd’hui. Le jeu vidéo considéré au début comme un simple produit informatique destiné au jeu a évolué pour atteindre de nouvelles formes de distinctions. Aujourd’hui, le jeu vidéo peut être considéré comme une forme d’art, un phénomène social et culturel global, mais aussi une industrie. Et c’est justement ce qui a enfin été reconnu : le jeu vidéo n’est plus stigmatisé mais on lui reconnait enfin de nouvelles applications.

Le jeu vidéo peut donc être une forme d’art ! Comme le cinéma ou la peinture avant lui, le jeu vidéo est un média qui demande un savoir-faire créatif incroyable. Que ce soit pour imaginer le monde dans lequel le joueur va évoluer, mais aussi pour en écrire le scénario, ou en programmer les règles. Mais en contraste avec les autres formes de création audiovisuelle, le jeu vidéo propose une expérience interactive qui se voit modifiée par les actions du joueur. Le joueur se voit donc acteur d’une histoire visuelle et sonore sans précédent et qu’on ne trouve dans aucun autre média.
Le jeu vidéo est aussi un média incroyable car il doit sa création souvent à un ensemble de talents mis bout à bout. Un bon jeu vidéo est composé d’une musique incroyable, des séquences cinématiques prenantes, un univers graphique cohérent, ainsi que du texte pour renforcer l’implication du joueur. Le jeu vidéo utilise donc toutes les formes d’art à la fois pour finalement en retirer la substantifique moelle et offrir une expérience sans précédent.

Le jeu vidéo est aussi un phénomène socioculturel globalisé. Des personnages inhérents à ce média sont connus dans le monde entier. Quand on pense à un plombier rouge et moustachu qui doit sauver une princesse, cela parle à tout le monde. Peu importe la culture, ou la provenance, nous avons tous déjà entendu parler de Mario. Le jeu vidéo est un média qui rassemble et qui attire un public toujours plus grand par sa diversité. Une véritable culture s’est créée autour des jeux vidéo. Cette pop culture regroupe tant les anciens joueurs que ceux qui la découvrent ! À un tel niveau que certains réalisateurs n’hésitent pas à utiliser cette dernière pour parler à un public comme dans le récent Ready Player One.
Il en résulte la création de multiples événements tournant autour des univers geek, ou des championnats d’esport qui prouvent encore une fois la passion qui anime les joueurs et fans de pop culture.

Le jeu vidéo est aussi une très grande industrie brassant énormément d’argent. On compare souvent cette industrie au cinéma. C’est aussi une industrie en constante croissance via des phénomènes nouveaux comme l’évolution de l’esport et l’arrivée grandissante de la VR dans les foyers. Cette industrie ne risque donc pas de se stopper d’aussi tôt et il est donc important de porter une attention particulière à ce média.

La situation actuelle du jeu vidéo en Suisse :

Contrairement à une grande partie des autres pays, la Suisse ne dispose pas encore d’une industrie dans laquelle tous les acteurs sont correctement définis. Le chemin de la production à la commercialisation reste encore flou pour le jeu vidéo suisse. Cependant, des acteurs plus ou moins importants commencent à avoir une influence sur ce média.

Les premiers sont les créateurs de jeux vidéo, qui regroupent les entreprises qui développent les jeux, ainsi que les personnes travaillant sur les jeux. Les derniers recensements effectués par la Swiss Game Developers Association (SGDA) et Pro Helvetica estiment 100 à 120 petites structures qui auraient pour but de produire du jeu vidéo. Une évolution assez incroyable quand nous savons qu’en 2010, ce nombre s’élevait à 10. Le domaine du jeu vidéo est donc en nette évolution comme nous pouvons le constater ! Mais comme ailleurs dans le monde, il reste très difficile pour les créateurs indépendants de vivre du jeu vidéo sans la reléguer à une activité annexe de la société. Offrant un défi de taille aux développeurs suisses : arriver à se faire une place dans un domaine rempli de compétitivité et de mettre en avant le jeu vidéo suisse encore peu connu, malgré des jeux récompensés par des instances internationales.
Mais certaines structures ont réussi à en développer une activité viable, au point même d’en élargir la notion de jeu vidéo ; notamment en réfléchissant au potentiel qu’offre ce média pour d’autres applications.

Pour les seconds acteurs, nous allons parler des éditeurs de jeux vidéo. Ces derniers, qui ont pour rôle de commercialiser mais aussi d’aider au développement et à la production du jeu, n’existent pas en Suisse. Souvent les développeurs suisses doivent s’auto-éditer et distribuer leur jeu via des éditeurs étrangers.

Stray Fawn Studio, un studio suisse qui a fait appel à Kickstarter pour financer et éditer leurs jeux.

Un autre acteur important du développement en Suisse sont les événements consacrés au jeu vidéo. Que ce soit par des événements esportifs, des expositions sur le jeu vidéo ou encore les Game Jam qui permettent de mettre en avant la création de jeux vidéo en Suisse. Tous ces événements ont pour but de renforcer l’image du jeu vidéo et de créer une relation de proximité entre les développeurs et les joueurs.

Acteur très important et dans lequel nous excellons, la formation et la recherche. En effet, au delà de la formation, les créateurs de jeux vidéo restent à proximité des écoles dans lesquelles ils ont fait des formations pour pousser la réflexion autour du jeu vidéo.

Dernier acteur et pas des moindres, les associations qui ont pour but principal d’informer le monde politique des besoins et des demandes dont le secteur du jeu vidéo a besoin. C’est au travers des associations comme la Swiss Game Developpers Association ou la Swiss Interactive Entertainement Association qui permettent à ce domaine d’évoluer et de se faire entendre auprès des grandes instances suisses.

 Quels sont les objectifs à atteindre pour le développement suisse ?

Ce rapport avait aussi pour but final d’exposer les objectifs à réaliser pour que le jeu vidéo suisse évolue dans le bon sens.

Le premier objectif étant l’amélioration quantitative et qualitative de la production vidéoludique suisse. Comme dit précédemment, le développement de jeux vidéo en Suisse reste souvent une activité annexe dont de rares créateurs arrivent à transformer en activité principale. Il faut donc énormément de temps pour que les productions suisses soient finalisées tant que le créateur ne peut pas se concentrer à 100 % sur ses projets de jeu vidéo. L’objectif est donc de permettre aux développeurs de pouvoir trouver un moyen de se concentrer exclusivement sur le développement de leur jeu vidéo. Pour ce faire, un système d’encouragement pérenne d’aide financière doit être mis en place. Il faut aussi pouvoir créer un ensemble d’encouragement qui puisse aider les créateurs de jeux vidéo.

Second objectif : permettre aux créateurs de mieux s’intégrer à l’industrie et faciliter l’accès aux marchés. Pour réussir à faire connaitre les projets suisses, ils doivent renforcer leur capacités entrepreneuriales et leur connaissances du secteur. Pour cela, ces derniers devront s’entourer de personnes ayant de telles compétences ou devront réussir à acquérir ces techniques commerciales.

La structuration du domaine est le troisième objectif. En Suisse, les différentes branches nécessaires pour mener un projet vidéoludique ne sont pas très perceptibles. Des acteurs en sont même manquants. Le but sera donc de créer une nouvelle organisation autour du jeu vidéo qui permettrait aux créateurs d’accompagner leur projet du début à la fin. Mais il sera aussi important de créer une base de données probante permettant aux entreprises qui seraient désireuses de se lancer dans l’édition de jeu vidéo d’avoir des études de marché déjà prêtes.

Dernier objectif : la valorisation de l’interdisciplinarité du domaine. Le jeu vidéo étant un média favorisant la créativité et l’innovation, il pourrait servir de base d’expertise utile pour d’autres médias. De par son coté interactif qui met le joueur au cœur de l’histoire et du gameplay, le jeu vidéo permet aux créateurs d’obtenir des compétences rares dans le secteur culturel.
Le jeu vidéo permet un transfert de savoir incroyable. De ce concept naissent des idées créatrices et innovations technologiques qui, finalement, se transforment en plus-value culturelle pour l’économie et la société. C’est pour cette raison qu’il est important de valoriser et promouvoir cette transversalité du média vidéoludique.

Adventures-Mat

Adventures-Mat. un jeu suisse qui sait mêler avec brio le savoir-faire suisse et l’éducation.


Conclusion :

Le jeu vidéo est un média encore jeune, particulièrement en Suisse où il commence petit à petit à faire son nid. Mais de grands pas sont effectués au fur et à mesure des années qui nous amènent dans une bonne direction. Si le gouvernement continue dans cette voix d’encouragement, le jeu vidéo suisse atteindra le niveau des autres pays.

C’est via des rapports comme celui-ci que notre média préféré va évoluer. Espérons que cela va continuer dans ce sens et que nous verrons le jeu vidéo suisse atteindre le niveau des autres pays au niveau de son organisation.

Article écrit par Ailoas le 09.04.2018

Vous pourriez apprécier

JIS #10 : Sunnyside Games – Inlight, l’aboutissement de Towaga !

JIS #9 – Okomotive – FAR : Lone Sails, le “Limbo” suisse ?

JIS #8 : Digital Kingdom – Invisiballs, le jeu de cache-cache compétitif !

JIS #7 : Koboldgames – La gamification au centre du développement !

Tags: , , , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.