Cloud Gaming : Futur du jeu vidéo, mais à quel prix ? - Asgard GG
Cloud Gaming : Futur du jeu vidéo, mais à quel prix ?
Par Ailoas le 12.04.2019

Bonjour à tous et à toutes,
Après l’annonce de Stadia, différents rédacteurs d’Asgard.gg ont essayé de prendre un regard critique sur cette annonce au lieu de se réjouir sans réflexion. Aujourd’hui, nous vous proposons un article résumant les avis pour comprendre nos points de vue critiques sur l’arrivée de cette technologie dans le monde du gaming. Mais avant de s’attaquer aux avis de la rédaction, expliquons rapidement ce qu’est le Cloud Gaming.

Qu’est-ce que le Cloud Gaming ?

Le cloud gaming est un moyen qui permet de jouer à des jeux qui sont hébergés sur les serveurs d’une compagnie plutôt que sur l’ordinateur du joueur ou la console de jeu. Le joueur installe donc un programme sur n’importe quelle plateforme (mobile, tablette, télévision, ordinateur, console) et il peut ainsi avoir accès au serveur où le jeu tourne. Le principal avantage étant que la qualité du jeu n’est dépendante du matériel étant donné que ce dernier est exclusivement hébergé sur le serveur de l’entreprise qui offre le cloud gaming.

Généralement, le programme client demande très peu de ressources et de capacités de stockage pour être installé, ce qui permet de le faire fonctionner sur à peu près n’importe quel ordinateur ou mobile. La puissance de calcul est fournie par le serveur, mais malheureusement il peut y avoir des soucis dus à la vitesse de connexion internet du joueur. Les différentes compagnies proposent des abonnements comme on peut le voir dans le monde des services de vidéo à la demande.

Il existe de nombreux types de services cloud gaming allant de Shadow, qui propose un service d’ordinateur en Cloud Gaming mis à jour pour toujours rester au top de la technologie, au Playstation Now qui permet de jouer à une grande bibliothèque de jeux Playstation sur PC.

Cloud Gaming : L’avis de la rédaction

Ailoas

Ailoas

Cloud Gaming, pas encore à la portée de tous.

Le Cloud Gaming arrive plein de promesses pour nous faire rêver, mais que penser de cette technologie qui certes a beaucoup d’avantages, mais qui risque de drastiquement changer notre façon de jouer et de consommer du jeu vidéo ?

Le Cloud Gaming a de gros avantages indéniables : pas de téléchargement de données, pas besoin de garder son matériel à jour, une plus grande accessibilité du gaming 4K 60fps et de la VR, un modèle économique différent de l’actuel qui privilégierait un abonnement pour accéder à un catalogue de jeux, etc. Plein de belles choses et plein de questions qui se posent à la suite des énonciations de ces avantages. Quel sera le prix de telles innovations ?

Le principal problème que va poser le Cloud Gaming est l’accessibilité à une connexion stable partout et à tout moment. A l’époque où tous les foyers ne sont pas équipés de la fibre et que le réseau 4G ne couvre pas toute les zones efficacement, je vois difficilement comment assurer un service comme celui proposé par Stadia surtout en 4K 60 FPS. Vient donc la suite logique des choses, l’impossibilité de jouer hors ligne et donc de s’affranchir de cette connexion constante. On sera donc entièrement dépendant de notre connexion internet pour pouvoir jouer en toute tranquillité et dans des conditions optimales. Va-t-on être obligé, en plus d’acheter un abonnement à Stadia, de débourser des centaines de francs ou d’euros pour le meilleur abonnement à la fibre pour profiter pleinement de notre nouvelle “console” ?

Avatar

Silvius

Les mods et les systèmes d’abonnements :

En tant que joueur PC, il y a clairement quelques chose en moins : les mods. C’est con mais les mods ont toujours permis ce “petit plus mais indispensable” sur certains jeux favoris. Jouer à un jeux Bethesda vanilla ? Ho nononononon. Il n’y a qu’à voir le succès du Steam Workshop auprès des utilisateurs.

Autre point négatif, mais là on part sur de la spéculation : la qualité du jeu va-t-elle dépendre de l’abonnement choisi ? Je sens venir le terrible coup de l’abonnement normal = 1080p vs abonnement deluxe = 4K à toute vitesse. Google n’a rien dit à ce sujet. Et devra-t-on payer pour des options supplémentaires dans les formules ? Accès anticipé, bêta fermée/VIP ? Est-ce que certains jeux (au hasard, les plus récents / ceux édités par Google ?) auront plus de ressources allouées que ton petit jeu indé sorti il y a 2/3/4 ans ? Aucune garantie sur un partage “équitable” des ressources cloud. Est-ce que ma session gaming va lag parce que je joue pas aux gros jeux du moment ? Ou inversement d’ailleurs.

Enfin, quitte à le comparer au Netflix du gaming : ne va-t-on pas se retrouver avec le MÊME PROBLEME d’exclusivité ? Des jeux dispos sur une telle plateforme, d’autres sur une autre, avec du coup de multiples abos à payer ? Côté séries et vidéos, c’est déjà ce qui se passe ! Bref, beaucoup de promesses mais aussi de flou.

Avatar

Skydoh

Gain de place, accessibilité mais quid des problèmes internet ?

Dans les avantages que peut amener le Cloud Gaming, il me vient d’abord en tête : un gain manifeste de stockage et de temps vu l’absence totale de téléchargement des jeux. Ce qui permettra de rendre ainsi le gaming “haut de gamme” plus accessible pour les joueurs qui n’avaient les moyens jusqu’alors de jouer que sur des PC de moyenne et bas de gammes ou encore sur consoles. En résultera une meilleure performance en matière d’expérience de jeu (FPS et qualité vidéo) car le matériel évoluera en fonction des demandes des jeux, comme on peut le voir avec les ordinateurs Shadow. On fera donc en théorie des économies d’argent sur le matériel car celui-ci devrait évoluer en même temps que les technologies des développeurs.

Mais j’y vois aussi plusieurs problèmes : accéder à ce type de service demandera forcément une connexion suffisamment puissante pour bénéficier d’une expérience optimale, et cela nous privera aussi de la possibilité de jouer hors ligne ou lors de pannes internet. Et quels problèmes va amener le jeu uniquement en ligne ? Panne de serveurs qui empêche les joueurs de jouer ? Possibilité de surcharge aux heures de pointe ? Perte de sauvegarde en cas de coupure internet ou électrique ?
Un autre point qui m’inquiète est le problème des exclusivités : est-ce que nous allons avoir le même problème que nous avons actuellement avec Netflix et les autres systèmes de vidéo en ligne ? Devoir payer un grand nombre d’abonnements pour pouvoir jouer à tous les jeux ? Et est-ce que le système sera protégé des attaques DDOS ou des risques de piratage ? Beaucoup de questions restent en suspens.

Dernier point : Qu’en sera-t-il de la possibilité d’ajouter des mods ou du contenu additionnel ? Allons-nous régresser à ce niveau là ? Tant de craintes et d’inquiétudes qui font que j’attends que le Cloud Gaming fasse ses preuves avant de m’emballer.

Avatar

Flowa

Très peu de concret pour l’instant, et le problème du jeu nomade.

Donc concernant la Stadia de Google… j’ai trouvé l’annonce et l’idée de base très intéressante. On sait depuis quelques temps que le cloud gaming va devenir le nerf de la guerre. Google se lance, Microsoft risque d’envoyer du lourd, Apple entre dans le bal et d’autres offres, plus discrètes, sont dispos. Pour le produit Google, passé l’effet “wahou” de la conférence et des bonnes idées sur le papier, on n’a finalement pas beaucoup de concret à mon sens.

Pas de détails sur les offres qui seront déterminantes pour les joueurs. Quid du joueur, par exemple, qui voudrait passer d’un petit jeu indé à un triple A ? Pourra-t-il faire évoluer son abonnement ? Est-ce que l’offre sera variée ? La grosse question pour moi qui ne connaît pas grand-chose à ce sujet : comment Google permettra-t-il d’avoir la même expérience en termes qualitatifs sur une grosse sortie de triple A ? Sur le rush Day One, la demande est monstrueuse et se stabilise sur les semaines suivantes. J’ai l’impression qu’au niveau de l’infrastructure à mettre en place, c’est pharaonique, même pour Google. Et du coup, comment sont absorbés ces charges ? Par les joueurs, par les studios, les éditeurs ? Bref, de l’œil d’un noob, c’est assez obscur et je me demande si les promesses pourront être tenues.

L’autre point obscur voire noir dans mon cas, c’est l’obligation d’être connecté. A la maison, ok pas de soucis (encore qu’avec mon opérateur, ce n’est pas toujours fiable), mais en nomade ? Grosse partie sur Overwatch (ou autre FPS compét’) dans le train, tu carry la game et PAF, tunnel… Merci, au revoir, tu es gentil de repasser par les menus… Si je prends l’exemple de ma Switch, je ne joue qu’à des jeux solos en déplacement, je suis rarement connecté avec. Du coup, on arrive à un deuxième point potentiellement noir pour moi : le risque de se retrouver avec des jeux mobiles que tu trouves sur smartphones en pagaille.
Google parlait d’un potentiel de joueurs de 2 milliards, dont tous les casus qui jouent à Candy Crush et à Clash of Clans. Ça représente un potentiel économique monstrueux quand tu vois les montants dépensés dans les eShops et les chiffres avancés par les studios. Si Google cherche à draguer ses utilisateurs là, ça sera peut-être au détriment des « vrais » gamers. Parce que finalement, à part un Doom plutôt intéressant, on a quasi rien vu niveau jeux. Quelques noms de studios balancés sur un slide et basta. Donc la question de savoir quels jeux seront mis en avant et/ou dispos, c’est encore très flou.

Aussi des questions concernant leur manette qui dans l’idée est très cool. Mais comment je la connecte à mon device ? Ils semblaient dire qu’elle serait également connectée au Data Center de Google. Donc le pad est aussi dépendant de ma connexion ? Un peu de la peine à comprendre comment ça fonctionne. D’autres features m’ont laissé complètement de marbre, comme la possibilité de joindre un Youtuber directement sur un jeu ou ce genre de choses. Certains joueurs trouveront certainement ça très sympa/pratique, mais pour moi, ça fait plus poudre aux yeux qu’autre chose.

Par contre, un gros point positif pour moi, c’est la présence de Jade Raymond ! Hormis le fait qu’elle soit très charismatique, c’est un signe positif pour le studio Stadia Games au vu de son expérience. Mais, de nouveau, on n’a rien vu encore.


Conclusion : Beaucoup de promesses pour peu de concret

Le cloud gaming promet de grandes évolutions pour l’avenir du jeu vidéo. Mais comme n’importe quelle évolution, il y aura malheureusement des points négatifs à ce changement soudain. Les points énoncés dans cet article sont seulement des pistes de réflexion, mais ils permettent de mettre en avant le principal défaut du cloud gaming : on a beaucoup de promesses sur le papier, mais encore rien de concret n’a été montré. Seul l’avenir pourra vraiment nous dire si le cloud gaming va venir remplacer notre modèle de consommation du jeu vidéo ou s’il va seulement devenir une alternative qui va coexister avec le gaming dit “traditionnel” qu’on a actuellement.
En tous cas, c’est avec beaucoup d’impatience que nous allons surveiller les changements que va subir le monde du jeu vidéo dans les prochains mois et potentiellement pendant l’E3 !

Article écrit par Ailoas le 12.04.2019

Vous pourriez apprécier

Stadia, le futur du gaming par Google

360UnderScope : le problème des Open-World

Tags: , , , , , , , , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.