Assassin's Creed Origins : enfin du renouveau pour la série ? - Asgard GG
Assassin’s Creed Origins : enfin du renouveau pour la série ?
Par Ailoas le 02.11.2017

Bonjour à toutes et à tous,
Aujourd’hui, nous allons parler d’une série de jeux qui me tient particulièrement à cœur et qui avait fini par me laisser de marbre dans ses derniers épisodes : Assassin’s Creed.
Le dernier opus Assassin’s Creed Origins est sorti le 27 octobre dernier sur Xbox One, Playstation 4 et PC (Steam/Uplay). Le jeu, contrairement aux autres jeux depuis Assassin’s Creed 2, a bénéficié d’une année de pause. Cette année de pause ayant notamment pour but de redonner une seconde jeunesse à cette série de jeux qui commençait très sérieusement à accuser l’âge de ses mécanismes de gameplay.

Comme je l’ai dit précédemment depuis Assassin’s Creed 2, les jeux n’ont jamais cessé de sortir chaque année, sans jamais vraiment d’évolution très marquante.
Personnellement, cela ne m’avait jamais posé de problème jusqu’à Assassin’s Creed Black Flag. Mais après Black Flag, j’ai commencé petit à petit à décrocher de la série. Unity m’avait déjà très peu plu car la dimension multijoueur en ligne m’avait déplu. Mais c’est surtout Syndicate qui m’avait définitivement convaincu que la série n’avançait plus et qu’il était grand temps pour Ubisoft de revoir leur concept et de le faire évoluer.

Et à ma grande surprise, ils l’ont fait. Ubisoft a annoncé prendre un an de développement en plus pour le prochain opus de sa série. Et quelle fut ma surprise en voyant le premier trailer de voir que des changements drastiques avaient été faits : un changement total du système de combat pour un mode beaucoup plus dynamique comme on peut le voir dans un Dark Souls ; un système de niveau permettant de faire évoluer son personnage comme dans un RPG ; et du loot aléatoire, ainsi qu’un côté fantastique qui semble beaucoup plus assumé qu’auparavant. Mais est-ce que ces changements ont-ils été bénéfiques pour cet Assassin’s Creed Origins ? Nous allons le voir ensemble.

Pour ce test, je n’ai malheureusement pas eu le temps de finir le jeu mais j’ai déjà joué vingt bonnes heures me permettant donc d’avoir un avis déjà plus ou moins avancé.

Des paysages magnifiques :

Premier constat, le jeu est magnifique. Dès le moment où on lance le jeu, on est plongé dans l’Égypte Ancienne, telle qu’on aurait pu l’imaginer étant enfant. Tout y est beau, on a vraiment envie de se déplacer dans son monde ouvert riche en paysages époustouflants et incroyablement vivants.

Assassin's Creed Origins paysage

Un ajout qui rend d’ailleurs l’exploration très agréable et la possibilité de demander à sa monture de suivre le chemin pour ainsi nous laisser profiter d’un instant de contemplation. Cet ajout nous permet aussi de nous rendre à notre objectif sans devoir traverser la carte nous-même. Je pense personnellement que c’est un ajout très intelligent, car dans les anciens jeux de la série Assassin’s Creed, on était très vite tenté d’utiliser le voyage rapide pour éviter de tout traverser à pied. Se faisant, nous perdions souvent l’envie de contempler les environnements souvent bien modélisés pour privilégier la rapidité.

L’IA des animaux et des PNJ permet aussi de rendre ce monde vivant. Jamais auparavant, on aura autant eu l’impression de se déplacer dans un monde cohérent et vivant. Tout est plus beau, tout est plus grand, tout est plus coloré.
Seul réel souci qui me dérange encore et toujours dans les Assassin’s Creed : l’animation des visages et leur réalisme. Il me semble que certes il y a eu de l’amélioration, mais j’ai toujours l’impression que les visages peinent encore à évoluer.
Mais en dehors de ça, le jeu est vraiment beau et son ambiance nous plonge dans le monde fascinant et énigmatique de l’Égypte Ancienne.
Mais alors comment remplir ce monde ouvert gigantesque et magnifique ? Nous allons le voir dans le prochain chapitre.

Autant de collectibles et de quêtes de remplissage qu’avant ?

Dans Assassin’s Creed, on a toujours eu droit à des multiples collectibles à trouver partout dans la carte pour débloquer une armure légendaire ou divers bonus souvent plus cosmétiques que servant au propos de l’histoire.
Dans les premiers jeux, il était compréhensible de vouloir remplir le jeu pour allonger superficiellement sa durée de vie. Mais jusqu’à Assassin’s Creed Syndicate, le remplissage restait présent et souvent on se retrouvait avec une carte remplie de centaines d’objets à ramasser. Et personnellement, voir tous ces points d’intérêt sur la carte me donnait envie de tout lâcher tellement la tâche semblait longue. Résultat : soit je lâchais le jeu pour aller jouer à un autre jeu, soit je me décidait de finir l’histoire et d’oublier à jamais ces maudits collectibles.

Autre point qui avait tendance à me donnait envie d’arrêter les frais et de changer de jeu : les quêtes de remplissage. Les fameuses quêtes où on avait pour seul but de suivre quelqu’un pour finalement le tuer. Et cela tout le temps, sans aucun réel scénario, ni même un intérêt autre que d’avoir des choses à faire après avoir fini l’histoire principale.

Est-ce pareil dans ce Assassin’s Creed Origins ?
Et la réponse est non ! Le jeu a abandonné les multiples objets à ramasser dans la carte au profit de quêtes annexes qui permettent à la fin de faire avancer le scénario.
Il en va de même pour les quêtes secondaires. Toutes ont été scénarisées. À un tel point que souvent j’ai eu à me demander si je venais de parler avec un personnage qui allait faire avancer l’intrigue ou si c’était un simple personnage d’une quête secondaire.

Encore une fois, le jeu gagne des points et pour l’instant, il n’y a pas de réel défaut, mais qu’en est-il du gameplay ?

Le combat plus dynamique que jamais !

Assassin's Creed Origins combat

Le gameplay si rigide des anciens Assassin’s Creed a disparu ! Dans ce nouvel opus, place à des combats rapides qui vont nous demander des réflexes et de la dextérité.

Pour moi, c’est une excellente nouvelle car comme dit précédemment, je commençais à être frustré par les combats des anciens opus que j’avais tendance à trouver rigide et où les ennemis faisaient la queue pour vous attaquer.

Aujourd’hui, c’est fini. Les ennemis sont intelligents et peuvent vous attaquer tous en même temps. Mais est-ce vraiment une bonne chose ?
À la fois, oui et non. L’accessibilité du jeu est donc beaucoup moins évidente. Pour le joueur occasionnel, le jeu peut sembler dur, voir frustrant. En effet, la caméra peut sembler un peu trop libre lors des combats, nous éloignant donc de notre ennemi visé. Créant ainsi une certaine gêne lors des premiers combats. Cela m’a personnellement un peu dérangé dans les premiers combats, mais j’ai vite réussi à m’adapter à la caméra et en gérer le mouvement.

Très gros point fort de ce titre, l’utilisation de Senu, l’aigle de Bonelli apprivoisé par Bayek. L’utilisation de ce dernier venant remplacer l’ancienne vision d’aigle des précédents opus. Senu nous permet de retrouver facilement notre cible, de très facilement se situer, et donc de planifier son plan d’attaque de façon optimale. L’aigle rend aussi beaucoup plus facile la chasse aux animaux, nécessaire pour l’amélioration de l’armure de Bayek.

Autre amélioration de gameplay que j’attendais depuis si longtemps : une totale liberté dans les assassinats. On n’est plus obligé de tuer son ennemi avec la lame cachée pour confirmer sa mort. Aujourd’hui, il suffit juste de le tuer comme nous le voulons, à condition d’aller vers la cible et confirmer sa mort.

Le disparition des phases dans le présent ?

Dans tous les jeux de la série Assassin’s Creed, on a toujours dû suivre les histoires de personnages qui étaient à la fin plongés dans le passé de leurs ancêtres via l’Animus et des événements ayant lieu dans le présent.
De Assassin’s Creed à Assassin’s Creed 3, on avait le droit à l’histoire de Desmond Miles qui avait le mérite d’avoir une certaine continuité entre chaque épisode. L’histoire de Desmond Miles était pour moi la plus intéressante car elle nous a permis d’entrevoir l’univers étendu de la mythologie autour d’Assassin’s Creed.

Puis vint les phases dans le présent dès Assassin’s Creed : Black Flag. Dès ce moment, l’intrigue dans le présent a commencé à perdre de son intérêt car elle était développée en fond. On avait que très peu d’implications dans cette dernière et j’avoue avoir complètement perdu le fil des intrigues du présent dès Black Flag. J’arrivais presque à souhaiter la disparition de ces dernières car elles me sortaient de l’intrigue développée dans le passé et ne servaient qu’à casser le rythme.

Et malheureusement, ces phases sont de retour et elles sont toujours aussi bancales. Les thèmes sont pas inintéressants mais comme à son habitude dans cette série, ils sont développés si on prend la peine de chercher.

Assassin's Creed Origins présent

Conclusion :

Ce nouveau Assassin’s Creed Origins est la petite perle qu’on attendait pour relancer la série et lui rendre sa superbe d’antan. Il arrive à corriger la plupart des défauts de ses aînés, et il nous offre une histoire très prenante avec des personnages moins creux que dans les derniers opus.
Si vous aviez arrêté de jouer aux précédents jeux à cause du manque d’évolution et que vous attendiez une nouvelle occasion de vous y remettre, ce jeu est fait pour vous.
Pour les amoureux de la série, vous allez être aux anges.

Article écrit par Ailoas le 02.11.2017

Vous pourriez apprécier

Avec Assassin’s Creed Origins, Ubisoft s’initie à l’éducation

Gamescom 2017 : Conférence Xbox – Le ”treehouse” de Microsoft

E3 2017 : Conférence Ubisoft – Pari gagnant pour UbiE3 !

E3 2017 : Conférence Microsoft – Une conférence coup de poing !

Tags: , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.