Zombillenium nous parle-t-il de nos conditions de travail ? - Asgard GG
Zombillenium nous parle-t-il de nos conditions de travail ?
Par Ravengar le 07.11.2017

J’ai récemment visionné Zombillenium au cinéma. Ce film d’animation a été réalisé par Alexis Ducord et Arthur Pins lui-même auteur de la bande dessinée dont le film est adapté.

Il nous raconte l’histoire d’Hector, un contrôleur des normes de sécurité bien décidé à faire fermer le parc de Zombillenium afin que sa fille Lucie cesse de lui demander sans arrêt une entrée pour le parc. Cependant, ce pauvre Hector va finalement être enrôlé malgré lui dans ce parc, se trouvant ainsi séparé de sa fille. Parc où les employés sont en réalité de véritables monstres travaillant à la solde du diable. Mais ces monstres sont déprimés par leur travail qui consiste à divertir des humains consuméristes selon des demandes qui vont à l’encontre de leurs aspirations, mais l’arrivée d’Hector va finalement bouleverser l’organisation du parc.

Affiche du film Zombillenium

Affiche du film

Pour ma part j’ai passé un très bon moment de cinéma ; les personnages sont attachants, les enjeux du scénario sont posés avec simplicité et efficacité, les moments musicaux sont très réussis, bref un bon film que je vous recommande. Mais à travers cet article je ne veux pas faire une critique formelle du film, mais plutôt vous faire partager ma réflexion sur les thématiques abordées par le film et particulièrement la manière dont est utilisé le mythe du zombie par rapport à ce thème.

 

Le parc de Zombillenium : une allégorie du monde du travail

“Ici, on embauche… pour l’éternité”. Voilà le texte que l’on peut trouver écrit au dos de l’album de Zombillenium et qui a pour mérite de nous révéler clairement la véritable thématique de Zombillenium : le monde du travail. En effet, la phrase précédemment citée fait écho à la peur très actuelle, car liée au chômage de masse structurel de nos sociétés, de ne pas trouver d’emploi.  C’est bien autour de notre relation contemporaine au travail que va se fonder tout l’humour de Zombillenium.

BD Zombillenium

Premier album de la BD

Car finalement, Zombillenium dans son fonctionnement n’est que très peu fantastique : le travail est organisé dans la perspective de la rentabilité pour que Satan puisse s’enrichir, objectif qui rentre en conflit avec la volonté du gérant du parc qui est de créer un parc pour “tous les monstres” puisque l’observation de la demande des visiteurs du parc pousse inévitablement à brutaliser la partie majeure de la main d’oeuvre du parc (les zombies). Bref, des conflits d’intérêts qui sont loin d’être étrangers à notre monde bien réel, et c’est de ce décalage réalisé en imposant ces règles réalistes à des personnages tout à fait fantastiques que naît finalement toute la portée humoristique du film.

 

Le nouveau Zombie-travailleur

Bien sûr si le film nous parle de travail, il nous parle évidemment également de travailleurs. La figure du travailleur est ici construite à travers les zombies, un choix qui me semble particulièrement pertinent et qui constitue selon moi, en un certain sens un retour aux origines et au sens profond du mythe. Je m’explique.

S’ il est un personnage /symbole surreprésenté dans les jeux vidéo et plus généralement dans la culture populaire de la fin du XXème et du début du XXIème siècle il s’agit bien du zombie. Le mythe a cependant considérablement évolué depuis son origine. En effet, il s’agit à l’origine d’un mythe haïtien selon lequel des sorciers enterraient des personnes vivantes puis les soumettaient à leur volonté grâce à l’usage d’une potion.Cependant le zombie est à la fin des années 60 et début des années 70 devenu ce que l’on connait : un revenant se déplaçant la plupart du temps en horde poussé par des instincts primaires et aveugles à bouffer tout ce qui peut être vivant. Malgré les nombreuses différences entre la version d’origine et les versions plus actuelles du zombie, on peut néanmoins constater un point commun essentiel : le zombie est dépourvu de volonté propre. Soit il est mené par des instincts primaires, soit il est directement contrôlé par la volonté de son maître. C’est avec cette seconde proposition que les zombies de Zombillenium semblent dans une certaine mesure renouer puisque si les zombies en question semblent finalement bien avoir une volonté propre, celle-ci est écrasée par la volonté de leur employeur qui apparaît comme étant l’équivalent du maître-sorcier du mythe originel.

 

Zombillenium grève

En cela les zombies de Zombillenium viennent illustrer de manière quasi-littérale l’annonce faite par  le philosophe Gilles Deleuze et le psychanalyste/philosophe Felix Guattari qui déclaraient en 1972 dans l’Anti-Oedipe, capitalisme et schizophrénie : “Le seul mythe moderne c’est celui du zombi-schizo mortifié, bon pour le travail ramené à la raison.”

 

Conclusion :

Ainsi, bien qu’au premier abord on pourrait prendre pour une coïncidence le fait qu’un mythe haïtien ait trouvé une telle répercussion dans nos sociétés. En réalité  il se pourrait plutôt que le succès de cette figure fantastique soit dû au fait qu’elle fait écho à notre expérience contemporaine du travail. En effet, encore aujourd’hui le maître (patron, employeur…) à la suite de conflits d’intérêts se trouve malheureusement souvent condamné à écraser la volonté des employés qui ont leurs propres désirs. Cette proximité des conditions entre employeurs et maîtres sorciers ainsi qu’entre zombies employés (toutes proportions gardées, je ne dit pas que les employeurs sont des sorciers maléfiques, mais que leur statut leur impose de faitZombillenium Grève des zombies une relation de domination envers les employés qui eux-mêmes ne sont pas soumis à la proportion d’un zombie) est mis en évidence par Zombillenium qui à travers l’humour et un contexte fantastique, nous parle d’un des thèmes qui est bien réel : le travail et le rapport entre l’employé et l’employeur.

 

 

Article écrit par Ravengar le 07.11.2017

Vous pourriez apprécier

Highschool of the Dead : Du zombie comme on les aime !

Dead Rising : Watchtower

Fear the Walking dead !

Tags: , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.