Critique sans spoil : Star Wars : The Last Jedi - L'épisode le plus mature de la saga ? - Asgard GG
Critique sans spoil : Star Wars : The Last Jedi – L’épisode le plus mature de la saga ?
Par Ailoas le 18.12.2017

Bonjour à toutes et à tous,
Aujourd’hui est un grand jour car il marque la sortie d’un autre épisode de la saga culte Star Wars au cinéma.
Star Wars : The Last Jedi, le huitième épisode pointe enfin le bout de son nez ! Et comme il est le second épisode de sa génération, il devra convaincre pour qu’on puisse garder de l’espoir pour un épisode IX qui viendra conclure cette nouvelle trilogie en beauté.


La critique est garantie sans aucun spoil !


Star Wars : The Last Jedi (ou Les derniers jedi en VF) est un film réalisé par Rian Johnson (Looper et il a réalisé quelques épisodes de Breaking Bad) avec Daisy Ridley, John Boyega, Oscar Isaac, Adam Driver, Mark Hamill et la défunte Carrie Fisher.

Avant d’attaquer la critique en elle-même, je pense qu’il est important de resituer le film dans les attentes que le public pouvait en avoir, et de ce qu’on pouvait en espérer d’un réalisateur comme Rian Johnson. C’est pour cela que nous allons en premier évoquer mes attentes par rapport à cet épisode VIII.

Mes attentes :

Star Wars : The Last Jedi arrive en second épisode de cette génération de films Star Wars. Après que The Force Awakens ait posé les bases de cette nouvelle saga, ce nouveau film doit, à son tour, réussir à faire évoluer le récit et à donner assez d’informations pour captiver son audience mais pas trop pour enlever la substantifique moelle du futur épisode IX.

Mais il a malheureusement le mauvais rôle tant il est là pour convaincre que la saga Star Wars dans les mains de Disney n’était pas une mauvaise idée, mais surtout c’est le second acte du récit. Il doit créer chez le spectateur une envie irrépressible de savoir le dénouement et de découvrir l’acte final. Mais vu qu’il est en second film, il doit convaincre !

Arriver en second dans une trilogie de films n’est jamais évident. Pour l’Empire Contre Attaque, ce fut une réussite. Le film reprend des thèmes forts, il a fait évoluer ses personnages et se finit sur un twist final qui donne instantanément envie aux spectateurs de savoir la suite.
Star Wars : L’Attaque des Clones est pour moi le pire exemple de second film dans une trilogie. Une bonne partie de l’intrigue de cet épisode va se centrer sur l’amourette interdite d’Anakin et de Padmé. Certes, un point central de l’intrigue, mais les réalisateurs ont tellement insisté sur ce point que le reste du film passera presque inaperçu. L’intrigue de la guerre des clones étant beaucoup plus intéressante à suivre dans le dessin animé La Guerre des Clones qui est pour moi un meilleur épisode II que ce film.

Après un épisode VII qui au premier abord était très réussi, malgré son déroulement qui est à peu de choses près un copier-coller des événements de l’épisode IV. The Last Jedi doit nous permettre de répondre aux questions qui ont été créées par l’intrigue de l’épisode VII. Qui sont les parents de Rey ? Kylo Ren est-il condamné à rester dans le côté obscur de la force ? Que va pouvoir faire Luke pour aider Rey ? Qui est Snoke ? Tant de questions qui devront, je l’espère, trouver des réponses dans cet épisode pour nous permettre d’avoir un épisode IX centré sur la résolution de l’intrigue.

Maintenant que les attentes ont été fixées, attaquons le coeur du sujet et certainement pourquoi vous êtes là, la critique du film.

Critique :

Une vraie expérience visuelle de bout en bout :

L’esthétique du film est tout simplement bluffante ! De la première seconde du film à la dernière, les plans et les environnements sont incroyables.

 

Star Wars : The Last Jedi Kylo Ren rouge

Un vrai jeu sur la colorimétrie du film a été réalisé sur le film, et surtout avec la couleur rouge. Très marqué sur certaines planètes et surtout en présence de personnages représentant le coté obscur de la force. Tous les environnements ont du sens et ils sont pensés pour servir le propos du film. Vraiment rien ne semble avoir été décidé au hasard tant on peut en apprécier l’image à chaque instant du film.

Le choix de la couleur rouge n’est pas un hasard tant le film a basé toute sa campagne marketing sur des affiches mêlant rouge et blanc. Annonçant peut-être la nature très mature de cet épisode ?

Un humour omniprésent qui pourrait déranger :

La saga Star Wars a toujours été une saga assez second degré, alliant des scènes prêtant à rire avec des moments beaucoup plus sérieux. Souvent c’était très bien réalisé et on appréciait vraiment ces petits interludes qui nous permettaient de respirer dans l’intrigue. Mais aussi parfois, c’est juste très mal fait et on avait envie que ça s’arrête (Jar Jar Binks, c’est de toi que je parle).

Star Wars : The Last Jedi Jar Jar Binks

Le coupable d’un traumatisme chez beaucoup de fans.

Mais au moment du rachat de la licence par Disney, beaucoup de personnes avaient eu peur de voir ce côté humoristique reprendre le dessus sur le côté épique de la saga. Et dans le septième film, beaucoup avaient jugé le film trop enfantin ou trop pensé pour le marketing avec la création d’un comic-relief comme BB-8.
Personnellement, je n’ai jamais eu de réels problèmes avec l’humour dans les œuvres de fiction. Certes, l’élan épique est parfois coupé, mais si c’est bien fait et que ça a un but, pourquoi pas !

Mais alors que dire de l’humour omniprésent de ce huitième film ?
Durant le premier quart d’heure, j’ai eu officiellement peur. Tant le film commençait avec une petite phase qui prêtait à sourire mais que j’ai personnellement trouvée un peu longue. Mais je fus agréablement surpris par le dénouement que prit la fin de la scène car cette phase d’humour avait un but dans l’histoire du film, elle n’avait pas été placée ici artificiellement juste pour faire rire. Et c’est bien ce qui parfois m’énerve avec les productions Marvel (qui appartient aussi au studio Disney). On a droit à des moments drôles mais mis de façon aléatoire sans vraiment de but. Juste pour faire rire l’audience. Mais moi personnellement, cela a tendance à me faire sortir du film.

L’humour est aussi utilisé dans ce film pour désamorcer des scènes iconiques, pour rendre des scènes qu’on pourrait juger beaucoup trop épiques pour être réelles. Et je trouve que c’est tout le sel de l’humour dans les productions Marvel/Star Wars de Disney.
Prenons pour exemple, une scène des Gardiens de la Galaxie 2 : dans une scène, les personnages sont tous alignés pour faire un plan iconique rassemblant tous les membres de l’équipe. La caméra tourne autour d’eux en contre-plongée, avant de se fixer et de reculer au ralenti pour cadrer tous les personnages. Et là un débris vient s’écraser sur Mantis, rendant ainsi la scène plus naturelle et moins iconique.

L’humour est donc de mise dans cette nouvelle saga mais pour l’instant, il arrive à bien garder l’équilibre entre l’humour et le sérieux que requiert malgré tout le récit.

Une histoire sombre qui vous laissera sans voix :

Star Wars : The Last Jedi est certainement le film de la saga qui vous chamboulera le plus.
Le propos y est cru. La violence de la guerre entre le Premier Ordre et la Rébellion est viscérale. Chaque scène de combat, chaque dialogue, chaque situation est éprouvant. Et j’en suis personnellement ressorti fatigué, le film de par ses thèmes forts et qui te prennent aux tripes arrive à vous garder en haleine pendant les deux heures vingt de film sans jamais nous perdre.

Souvent on pouvait reprocher à la saga Star Wars d’avoir un fond très travaillé et même très mature, pour une ambiance très bon enfant avec des combats et des affrontements en vaisseau assez soft. Mais ici, on nous épargne pas les pertes, certaines scènes de combat sont longues et on peut sentir notre stress monter au fur et à mesure que la scène continue à défiler devant nous. Certaines scènes sont même si anxiogènes qu’il m’est régulièrement arrivé de devoir reprendre mon souffle à la fin d’un affrontement, tellement on est aspiré par l’atmosphère qui se dégage de l’œuvre.

Le film est conforme à sa campagne marketing : sombre et violent

Le propos y est tellement plus mature, notamment sur le traitement des personnes qui meurent dans les affrontements. Dans Star Wars, à chaque affrontement, une dizaine de X-Wing sont détruits sans conséquence et on finit même par ne plus tellement prendre en compte les pertes que constituent ces pilotes pour la Rébellion.
Mais dans ce film, c’est mis en lumière et on a un long discours qui nous fait comprendre que ce ne sont pas que de la chair à canon, mais que ce sont des individus vivants qui se sont sacrifiés pour la victoire de la République. Le thème du sacrifice est d’ailleurs central dans cet épisode.

Les horreurs de la guerre et le marché qui en découle sera aussi critiqué dans une séquence, qui normalement saura vous chambouler et qui permettra d’enfin enterrer le côté manichéen de la saga Star Wars une bonne fois pour toute. Et si cet épisode a bien réussi quelque chose, c’est à créer une histoire loin des canons manichéens qui faisaient les autres films Star Wars.

Un traitement des personnages profond et vraiment travaillé :

Dans Star Wars : Les Derniers Jedi, chaque protagoniste principal est admirablement bien écrit. Le travail sur leur psychologie, leur passé, et les raisons qui les ont amenés à se retrouver à l’endroit où ils se trouvent, sont admirables.

Et cela ne concerne pas que les personnages des opus précédents, mais aussi les nouveaux personnages amenés par l’épisode VIII. On n’a jamais l’impression d’avoir des personnages qui sortent de nulle part pour porter l’histoire. Chaque personnage est important. Chaque personnage peut montrer des faiblesses et des forces. Et cela rend le tout profondément humain, augmentant notre empathie pour chaque personnage présenté à l’écran.

En ce qui concerne les personnages principaux, l’histoire va se centrer sur leur psychologie et les changements qu’ils ont/vont subir durant le film. Et ça fait vraiment plaisir de pouvoir ressentir une montagne d’émotions passant de l’admiration, le dégoût, le mépris, et de l’empathie pour le même personnage dans le même film. Et de mémoire, j’ai rarement aussi été aspiré dans un film que dans ce nouvel opus.

Le film permet-il de répondre aux questions laissées par l’épisode VII ?

S’il y a bien un seul problème que je peux reprocher à ce film, c’est qu’il n’a pas répondu aux questions laissées par l’épisode VII.

Le septième film nous laissait avec beaucoup d’interrogation, et le film n’apporte quasiment aucune réponse. Pire, il a peut-être mis en péril un intérêt principal de cette nouvelle saga (VII-VIII-IX). Évidemment, je ne peux pas vous en dire plus sans spoiler, donc j’éviterai d’en discuter plus en détails.

Mais c’est vraiment le point qui m’a le plus frustré tant j’en attendais énormément de réponses ou au moins des pistes de réflexion. C’est pour cela que malgré l’émerveillement suite à ce premier visionnage de film, j’en suis ressorti très perplexe. Me demandant si encore une fois, je n’étais pas sous l’effet de mon amour inconditionnel de la saga ou si j’avais vraiment passé un bon moment devant le film. C’est aussi pour cette raison que la critique a pris un peu de temps, pour me laisser le temps d’analyser mon ressenti.

Conclusion :

Star Wars : The Last Jedi est un petit bijou dans la saga Star Wars.
Son rythme qui nous laisse que peu de répit, sa rélecture de l’univers Star Wars, et son traitement des personnages, le hissent au niveau des meilleurs films Star Wars.

Il a su redéfinir le mythe et le faire évoluer, là où The Force Awakens était trop timide et pas assez ambitieux. Et il a réussi parfaitement son rôle de second film de cette trilogie en créant un vrai enjeu qui va pouvoir se régler durant l’épisode IX.

J’ai hâte de le revoir encore et encore, tant le film est pour moi parfaitement équilibré.

Article écrit par Ailoas le 18.12.2017

Vous pourriez apprécier

Solo – A Star Wars Story : Han, ils auraient dû te laisser Solo

E3 2017 : les grands absents de la conférence

Star Wars Battlefront II – Première bande-annonce pour la campagne solo !

Star Wars Rebels Saison 4

Tags: , , , , , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.