Critique Ciné : Wonder Woman : enfin le film que DC mérite ! - Asgard GG
Critique Ciné : Wonder Woman : enfin le film que DC mérite !
Par Ailoas le 01.07.2017

Bonjour à tous !
Aujourd’hui, nous allons parler du nouveau venu du DCU : Wonder Woman. Le film est réalisé par Patty Jenkins, avec Gal Gadot, Chris Pine et Robin Wright. Il est disponible depuis le 31 mai aux États-Unis et depuis le 7 juin en Europe.

Pour un pitch rapide de l’histoire :
Diana, sculptée dans l’argile par Hippolyte et ramenée à la vie par Zeus, vit sur l’île des Amazones : Themyscira. Themyscira est une île paradisiaque créée par Zeus, pour permettre aux Amazones de s’entraîner et se préparer à une éventuelle catastrophe. L’île a été cachée aux yeux des hommes pour que personne ne vienne jamais déranger les Amazones. Diana, seul enfant de l’île, va vivre son enfance à être entraînée pour devenir la plus puissante des amazones.
Jusqu’au jour, où un homme tombe du ciel en avion apportant avec lui un monde jusqu’alors inconnu pour Diana. Ce moment sera déterminant pour qu’elle devienne l’héroïne que le monde a besoin : Wonder Woman.

Avant de s’attaquer à la critique, il faut savoir que j’ai apprécié Man of Steel, adoré Batman VS Superman malgré ses incohérences, et détesté Suicide Squad.
Ceci étant dit, on peut commencer la critique.

Une première partie enchanteresse :

La première partie du film s’ouvre sur l’île de Themyscira et nous présente les amazones, ainsi que leur histoire et culture. Le tout nous est expliqué via les yeux d’une Diana grandissante et apprenant les histoires de son peuple.

Et ce qu’on peut dire de cette première partie, c’est qu’elle est magnifique. Les environnements, les amazones, leurs entraînements, tout semble cohérent. À aucun moment, le film commet une erreur qui nous ferait sortir de cette introduction. L’île est parfaite, on pourrait vraiment croire que quelque part, derrière un brouillard continuel se trouve une île où vivent les amazones. L’île représentant un paradis où chaque femme est égale et où la paix règne depuis la chute du dieu Arès. La paix est d’ailleurs un thème récurrent dans cette première partie. On nous explique que les Amazones sont venues au monde pour empêcher le dieu Arès de pervertir les hommes et de les forcer à se battre. En effet, Zeus aurait créer les hommes bons et sans une once de mal en eux, et ce serait Arès qui les manipule pour qu’ils se fassent la guerre.

L’introduction de l’histoire des Amazones et de leur lutte contre le dieu Arès est aussi magnifiquement réalisé. S’inspirant des diverses peintures représentant les divinités de l’époque grecque, le mouvement et les choix des couleurs nous immergent instantanément dans une ambiance mythologique.

Les actrices qui jouent la plupart des amazones dans le films ne sont pas uniquement des canons de la beauté mais elles ont aussi été choisies pour incarner une force que les femmes ont. La plupart des actrices sont d’ailleurs des athlètes confirmées allant de championne de bobsleigh à des combattantes professionnelles. Ce qui est une décision qui me plait tout particulièrement car j’avais peur que pour plaire, le film soit obligé de prendre des femmes jolies mais pas spécialement musclées.

Amazon Wonder Woman

Les armures sont très réussies!

La réalisation des combats des amazones et des divers affrontements qui auront lieu sur l’île nous fera écho au film 300 de Zack Snyder dans la mesure à intensifier la force des Amazones et leur attribuer une force guerrière comparable aux spartiates. D’ailleurs, leurs tenues et l’armure que revêtira plus tard Diana, font directement lien avec les armures des guerriers de la mythologie spartiate.

Wonder Woman : un porte-étendard féministe ?

J’ai vu passer à beaucoup d’occasions et dans beaucoup de médias que le film Wonder Woman avait eu une forte aura féministe sur le monde des films de super héros. Et à raison ! Le film est le premier à présenter une super héroïne ! Mais est-ce qu’il doit seulement être relégué à ce constat ? Le film est aussi réalisé par une femme, fait assez rare pour être souligné et il est même très récemment devenu le film réalisé par une femme le plus lucratif de l’histoire.

Mais est-ce vraiment le film qui a cette aura ? Ou est-ce le personnage de Diana Prince qui amène ce souffle de fraîcheur dans le monde des super héros ?

Wonder Woman est le personnage féminin le plus connu dans le paysage de la Pop Culture. Elle a toujours été depuis sa création, il y a 75 ans, une icône pour les femmes . Elle a une grande place dans le panthéon des héros DC, en étant une fondatrice de la Ligue des Justiciers et le troisième personnage le plus culte avec Batman et Superman.

Wonder Woman Gal Gadot

Gal Gadot est un choix de casting parfait : forte et très féminine en même temps

C’était aussi une révolution pour son époque. Sorti en 1941, en pleine seconde guerre mondiale, le personnage évoquait une femme forte, libre et indépendante : la femme parfaite. C’est de l’esprit de William Moulton qu’est née Diana, la guerrière amazone qui part de son île pour combattre le mal et soutenir les États-Unis. Mais ce n’est pas seulement une icône de la femme que William Moulton nous offrait, mais un personnage valorisant la paix dans son combat. Et c’est ici que la volonté du créateur rejoint le propos du film.

Dans le film, Diana va arriver à Londres. Nous sommes à l’époque de la première guerre mondiale et le droit des femmes est encore inexistant. Le film va d’ailleurs longuement insister durant sa deuxième partie sur le machisme de la société de l’époque et les traitements que les femmes subissent.
Et c’est là qu’il est intéressant d’ancrer le personnage de Wonder Woman. Diana ayant vécu dans une société composée uniquement de femmes, elle ne peut pas comprendre le monde dans lequel elle débarque. Tel Huron dans l’Ingénu de Voltaire, elle se retrouve dans une société dont les tenants et aboutissants ne sont pas à la portée de sa compréhension. C’est ainsi qu’on aura notamment droit à des répliques comparant les secrétaires à des esclaves au service des hommes, ainsi que l’interdiction qu’elle subira, quand elle voudra prendre la parole dans une assemblée constituée d’hommes. À chacun de ces moments, le personnage va montrer qu’elle n’accepte pas cette condition et qu’elle n’hésite pas à se hisser devant le mâle.
Il est aussi intéressant de remarquer que le droit de vote pour les femmes sera accepté en 1918 en Angleterre. Ce qui confirme la volonté d’ancrer le personnage comme une figure forte du mouvement féministe.

Un film avec des thématiques fortes :

Le film prenant place lors de la première guerre mondiale, le thème de la guerre est naturellement évoqué. Mais celui-ci n’a pas, comme dans beaucoup de films, pour but de donner un prétexte pour caler des explosions à tout bout de champ. De vrais thèmes seront évoqués, notamment la question des armes chimiques comme le gaz moutarde qui est apparu à cet époque.

L’Armistice est sur le point d’être signée entre la Triple Entente et l’Empire allemand, mais ce n’est pas du goût de tout le monde : le Dr Maru et le général Erich Ludendorff veulent empêcher cette armistice. Pour empêcher cela, le Docteur Maru développe en secret un gaz capable de tuer tous ceux qui le respirent. Et c’est là que la fiction rejoint la réalité, la guerre chimique était un composant majeur de la première guerre mondiale. Durant toute la guerre, à plusieurs reprises les gaz seront utilisés et deviendront de plus en plus meurtriers.

Wonder Woman 1rst War

L’ambiance du film est aussi assez réussie.

Et ceci est particulièrement marquant dans une scène en début de troisième acte, [su_spoiler title=”Spoiler scène troisième acte”]Wonder Woman a réussi à reprendre un village occupé, permettant ainsi aux villageois de réinvestir le lieu. Le lendemain, alors que Wonder Woman est sur le point de tuer le général, celui-ci va déployer le gaz sur le village, tuant ainsi tous les villageois et créant un grand sentiment de culpabilité dans le cœur de Diana. Car si Diana ne les avait pas libérés de l’occupation, ils ne seraient peut-être pas morts. [/su_spoiler]

On peut aussi voir que la guerre a eu des effets critiques sur les personnages, notamment un : Charlie.
Charlie est un sniper ayant vécu un traumatisme qui l’empêche maintenant de profiter de la vie. On peut le voir dans une scène, le personnage n’ose plus tirer. Et on peut aussi comprendre via un cauchemar qu’il fait dans une autre scène que son escouade est morte sous ses yeux et qu’il n’a rien pu faire. Mais après que Wonder Woman ait libéré un village du joug de l’envahisseur, celui-ci se remettra à chanter ce qu’il n’avait plus fait depuis longtemps selon ses compagnons d’armes. Mais pourquoi il est important de souligner ce détail quasi anodin ? Car on nous montre encore une fois le pouvoir de la paix sur les hommes, ce qui rejoint directement le thème du film et la mission de Diana : tuer Arès pour l’empêcher de corrompre l’âme des humains et donc assurer la paix.

Seul bémol du film : sa fin. Je trouve que le personnage qui arrive pour le combat final du film tombe un peu comme un cheveu sur la soupe… On imagine bien qu’il devrait arriver, on devine facilement de qui il s’agit mais il n’apporte pas grand chose au film. Même les révélations qu’il apporte ne sont pas incroyables. Et le combat de fin tout en CGI et en effets pourrait vraiment déplaire à la plus grande masse.

Conclusion :

Ce film Wonder Woman est une pure réussite, de son casting à son histoire, tout y est maîtrisé ! On espère vraiment que la Warner va rester sur cette qualité de production pour les prochains films du DCU, car si c’est le cas, DC Comics risque d’enfin voler la vedette à Marvel !

Article écrit par Ailoas le 01.07.2017

Vous pourriez apprécier

Justice League – Le film DC tant attendu ?

Fables – Les contes de fées s’invitent chez nous !

Tags: , , , , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.