Swisscom Hero League : Une nouvelle ligue et l'arrivée de l'esport mobile en Suisse - Asgard GG
Swisscom Hero League : Une nouvelle ligue et l’arrivée de l’esport mobile en Suisse
Par Ailoas le 02.11.2018

Bonjour à tous et à toutes !
L’esport suisse continue de s’étoffer ! Après PostFinance, La Baloise et encore le TCS, c’est aujourd’hui le tour de la compagnie téléphonique Swisscom de se lancer dans la course ! En annonçant sa propre ligue esport : La Swisscom Hero League.

La Swisscom Hero League :

Alors que l’esport est devenu un phénomène planétaire, il est maintenant temps que les entreprises suisses continuent à investir dans le domaine pour le professionnaliser et pour le rendre accessible aux non-initiés.

Swisscom, la compagnie téléphonique principale de suisse, s’est alliée à la célèbre société d’organisation de tournois ESL pour lancer sa propre ligue esport : la Swisscom Hero League !

Deux classiques et même du jeu mobile !

Cette ligue comprendra notamment des matchs en ligne sur différents jeux chaque semaine. Les jeux choisis sont Hearthstone, League of Legends et même pour une première fois en Suisse un jeu mobile : Clash Royale ! Tous ces titres feront aussi l’objet d’une grande finale qui aura lieu au début 2019. Si aucun risque n’est pris du côté de Hearthstone vu la communauté suisse qui regorge de bons joueurs et la communauté LoL qui constitue une grande partie des spectateurs de compétitions, Clash Royale est une vraie surprise. Mais on a hâte de voir à quel point cette compétition sur mobile va prendre en Suisse.
Les phases de qualification devraient commencer en novembre et vous pouvez vous inscrire dès maintenant à cette adresse.

Une ligue qui arrive au bon moment :

Cette ligue arrive à point nommé alors que Swisscom a amélioré son offre en matière de chaîne esport en ajoutant des chaînes comme ES1, eSportTV et Ginx Esports TV qui sont arrivées dans le package de chaines proposées par l’opérateur depuis le 16 octobre.
Swisscom a aussi communiqué son envie de faire avancer la professionnalisation de l’esport en Suisse en leur offrant la possibilité d’affronter d’autres joueurs à un niveau international. Et c’est probablement chose faite en se mettant en partenariat avec une entreprise aussi fiable que ESL. Ce partenariat va permettre de donner énormément de crédibilité à cet événement et de permettre à l’esport suisse de rattraper petit à petit le retard qu’il a accumulé sur les autres pays en matière de circuit esport professionnel.

L’esport mobile : pourquoi ce choix?

Clash Royale a été choisi pour ouvrir les voies de l’esport mobile en Suisse. Là où l’esport mobile semble déjà bien implanté dans les autres pays où l’esport professionnel existe, c’est un pas qui va être franchi. Mais il n’est pas au goût de tout le monde. Si j’en crois le nombre de commentaires négatifs et les différentes réactions sur les réseaux sociaux, beaucoup sont sceptiques à l’arrivée du mobile dans l’esport en Suisse. A-t-il sa place dans nos compétitions ? Pourquoi le monde de l’esport mobile est-il en telle expansion ? Et pourquoi Swisscom décide-t-il de se lancer avec une ligue mobile ?

Swisscom Hero League Clash Royale

Tous à vos smartphones !

Qu’est-ce qui est dans votre poche ? Ou à proximité de vous lors de tous vos déplacements et même au quotidien ? Votre smartphone ! Il y a de très grandes chances que vous soyez en possession d’un téléphone connecté à internet et qui peut faire tourner des jeux. Des jeux qui d’ailleurs marchent à la même puissance sur tout type de smartphone peu importe le prix que vous ayez payé votre téléphone. Et c’est là qu’on comprend le premier gros point positif qu’a le gaming mobile sur son homologue PC.

Tout le monde peut y jouer, tout le monde bénéficie d’une connexion et d’un set-up idéal pour devenir bon : nous sommes devant l’esport accessible à tous ! Et ça les éditeurs n’ont pas mis trop de temps à le comprendre ! Le marché étant colossal car touchant aussi une tranche de consommateurs qui n’achètent pas de console (ou de PC gaming). Des jeux ont alors émergé par milliers. Du jeu à consommer en petite quantité lors de vos déplacements au jeu qui demande de l’investissement (horaire et monétaire), le gaming mobile a su se faire une place. Mais ça, c’est une autre histoire.
Il était donc normal de voir débarquer des compétitions sur les jeux mobiles pour suivre la continuité de l’esport conventionnel. Il a suivi l’évolution du jeu vidéo et il est maintenant un acteur à part entière de notre média et il faut le considérer en tant que tel.

Un maître mot : l’accessibilité

Deuxième gros point fort du mobile : son accessibilité. Pourquoi pouvons-nous voir des personnes qui ne s’intéressent pas ou très peu aux jeux vidéo, ou une tranche d’âge de personnes qui n’ont pas connu les jeux vidéo depuis leurs enfances, jouer à n’en plus finir sur leur téléphone ou leur tablette ? Le gameplay proposé par les jeux mobiles se veut le plus intuitif possible. Avec l’arrivée des téléphones tactiles, il est plus facile que jamais de pouvoir jouer avec un smartphone. Même un enfant de cinq ans peut comprendre comment jouer à un jeu.
Mais ce n’est pas seulement l’accessibilité pour le joueur qui est facilitée, mais généralement aussi pour les spectateurs. Je m’explique : le jeu vidéo mobile est simplifié au maximum pour être très visuel et permettre une compréhension rapide et quasi-instinctive des actions à effectuer. Il est donc logique qu’une personne regardant le jeu ait aussi cette sensation de compréhension rapide des événements.

Même certains types de jeux qui sont pensés pour ressembler à leur homologue, comme les MOBA sur mobile, sont généralement pensés pour être beaucoup plus accessibles que pourrait être League of Legends pour les non-initiés, que ce soit en temps que joueur ou spectateur. Avec moins de techniques à comprendre et moins de complexité dans les actions, le jeu est plus lisible et donc plus facile à comprendre.

Ma seule crainte : les modèles freemium ou pay-to-win spécifiques à la plate-forme

Si le jeu vidéo mobile a bien des avantages, il a aussi un défaut majeur : souvent ils privilégient les gens qui payent pour obtenir des faveurs dans le jeu. Payer pour avoir un mouvement en plus dans Candy Crush Saga, ou pour avoir des capacités ou un meilleur équipement ? Le jeu mobile est truffé de choix qui mènent à une page d’achat à de l’argent réel. Mais alors comment équilibrer les compétitions qui verraient se voir confronter des joueurs qui peuvent se booster selon leur investissement monétaire dans leur jeu ?

Seul l’avenir nous le dira mais j’ai en tout cas hâte de découvrir l’accueil et l’évolution du circuit esportif sur mobile en Suisse.


Conclusion :

Si l’esport a besoin des entreprises pour lui donner plus de crédibilité auprès du public, il est toujours très intéressant de voir une nouvelle ligue voir le jour. Encore plus quand cette dernière part avec l’objectif de proposer un projet sérieux et très professionnel avec une entreprise connue dans le domaine (ESL). Cette ligue prend des risques en proposant aussi un jeu mobile pour la première fois en Suisse, ce qui montre aussi l’envie de Swisscom de proposer quelque chose de différent de ce qui est déjà existant en Suisse.

On regrettera malheureusement encore une fois la volonté des entreprises à faire cavalier seul et de lancer des compétitions sans le soutien des différentes associations. Mais nous sommes encore au début du développement de l’esport en Suisse donc gardons espoir !

Article écrit par Ailoas le 02.11.2018

Vous pourriez apprécier

Baloise Gaming Gear Insurance : L’assurance du matériel Gaming

Meltdown Genève : le premier bar esport de la franchise en Suisse

Esports Experiment : Quand PostFinance se lance dans l’eSport

Swiss Made Games League : la compétition esport sur les jeux suisses !

Tags: , , , , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.