Mulligan Series - Finale : Il ne peut en rester qu'un - Asgard GG
Mulligan Series – Finale : Il ne peut en rester qu’un
Par Flowa le 16.01.2019

Samedi 12 janvier. Dans une vieille citée au bout d’un lac (genevois hein !), 16 guerriers d’égale dignité se sont réunis pour désigner lequel régnerait en Roi avec un grand R comme respect sur la planète Romandie. De la fine lame aguerrie aux assassins de l’ombre, c’est un casting cinq étoiles réunissant le meilleur de la scène romande qui prend place sur notre scène. Enfin presque… il manque quand même dans l’arène un certain TheRabbin qui n’aura pas réussi à tirer son épingle du feu nourri de ses adversaires malgré sa participation à un event ne réussissant que 9 joueurs… Nous tâcherons d’enquêter sur les raisons de cette non-qualification en lançant Mulder et Scully sur le sujet, ça tient du domaine du paranormal cette absence !

Revenons à nos gloutons. Les seize joueurs affamés de victoire se réunissaient donc à Genève pour cette finale, sur le ring du Meltdown, désormais point de rencontre de la scène gaming genevoise. Le titre est en jeu ainsi que les 750 deniers qui l’accompagnent. Telles les joutes moyenâgeuses qui promettaient une galoche de la princesse du royaume, le dernier chevalier debout a également le droit à une bise d’Arthur et/ou Greg, les hauts dignitaires de Mulligan, en plus de la Coupe à faire trôner fièrement sur la cheminée du salon à côté de la photo de Tante Agathe.

Plusieurs fois sont forcément coutume et l’ambiance traditionnellement familiale des Mulligan Series est respectée pour ce Grand Final dans la cité de Calvin. La poisse du Wifi Maudit a bien tenté de poursuivre le Crew Mulligan mais leur réactivité à toute épreuve a permis à l’Event de partir dans les temps.

Mulligan Series grand final

Le casting complet !

J’aimerais bien vous parler de la façon dont le Paladin de Valou a réussi à terrasser le chasseur de Chocominou, mais mon analyse se résumerait à vous dire que le joueur gagnant a joué une carte avec un murloc au skin réussi qui a généré du mouvement sur le board et éliminé la carte avec un mort-vivant bien dessiné… et j’exagère à peine. Donc ici, c’est plutôt de l’ambiance et de l’odeur dans les vestiaires dont il est question. Je peux lire la déception sur le visage d’un joueur éliminé ou la rage dans les yeux d’un autre qui n’aura pas tiré la carte qu’il voulait. En gros, j’essaie de vous transmettre de l’émotion, voire même du rêve. Carrément. Et en toute modestie.

Let’s get ready to rumble

Le premier tour a respecté la logique des palmarès en emmenant les deux joueurs du Lausanne eSports, Hypno et Bozo, au deuxième tour. Seul Karpetman, titré également au niveau national, s’est vu reversé en losers bracket pour finalement se prendre les pieds dans le tapis et se faire éliminer par Chocominou de l’équipe Dream Team.

Forcément, le deuxième tour a amené un peu de piment à ce Grand Final avec les défaites des deux favoris cités plus haut. Forcément, je prenais les devants en présentant les deux joueurs sur qui j’ai parié mon salaire chez Asgard de janvier et il fallait qu’ils me fassent mentir… du coup KaiserSosa continue le massacre en battant Bozo qui ne doit pas faire le clown au prochain tour sous peine de retour forcé sous son chapiteau et Tidus s’est lui fait remarqué en battant Hypno. Karatéswag que je plaçais dans mon trio de tête pour le nom le plus original du field s’est également vu balancer en losers bracket puis s’est incliné face à Plugin. Un nom à surveiller et sujet à pas mal de jeux de mots que je vais essayer de ne pas faire. Et ça ne va pas être simple.

Perrier citron pour votre serviteur en attaquant ce troisième round et mes favoris sont de retour sur le devant de la scène. Victoire de Karatéswag face à Paeramore et Hypno débranche le pad fabuleux, ou Padamazing pour les intimes. Gzada s’est lui offert le scalp de Flapy pendant qu’un combat de longue haleine opposait Chocominou et Hypno. Après de longues minutes d’intenses échanges de baffes, c’est finalement Chocominou qui sort amoché mais vainqueur du duel après 17 heures de match. Ou juste un peu moins.

Pendant ce temps, à Vera Cruz

Si mon coverage peut paraître un peu sang dessus-dessous au niveau de l’hémoglobine des joueurs vaincus et des déroulements des rounds, c’est que le mélange du tableau des invaincus et des losers brackets n’est pas simple à gérer pour un trentenaire qui ne joue pas à ce type de jeu et qui ne couvre que son deuxième event. Donc je rapporte, je rapporte, mais je découpe peut-être mal les rounds entre le haut du tableau et le losers bracket, vous ne m’en tiendrez pas rigueur s’il vous plaît ou n’hésitez pas à venir me traiter de noob dans les commentaires qui sont faits principalement pour lyncher l’auteur.

Parenthèses fermées, reprenons le cours du tournoi. Au round suivant qui nous rapproche de la finale, mes deux favoris ont continué de briller : KaratéSwag a découpé Gzada en rondelle avant de le jeter dans le Rhône et Hypno s’est difficilement débarrassé du tenace Chocominou. En haut du tableau, KaiserSosa s’incline après un autre match très serré face à PlugIn qui reste du coup branché au tournoi…

Dans une ambiance chauffée à blanc comme un bon fendant, Hypno a continué de se frayer un chemin vers la finale en écartant d’abord le vaillant Tidus puis en poussant vers la porte de sortie, le Karatéka le plus swag du tournoi. Pendant ce temps-là, PlugIn, le périphérique de gaming le plus efficace de la journée, continue d’éjecter les joueurs les uns après les autres et envoie KaiserSosa faire une balade en losers bracket face à Hypno. Promenade qui se termine en chant du signe pour l’alter-ego de Verbal Kint puisque Hypno sort vainqueur du duel et rejoint Plug In en finale.

On est en finale. On est, on est, on est en finale

Nous y sommes. C’est fait. Nous tenons la finale de ces Mulligan Series. Tel Apollo Creed face à Rocky. Mario face à Bowser. Kanye West face au reste du monde. Les deux adversaires sont là : du côté grenat, le Lausannois Hypno, vainqueur, entre autres, du Qwetzstone de Noël et de la G4 2018, et du côté… disons pas grenat… le challenger Plugin qui aura traversé le tournoi comme Moïse traversa la mer en écartant chacun de ses adversaires la bave aux lèvres, le poil lisse et la truffe humide,. Les joueurs avaient donc les cartes en main (cartes en main… Hearthstone… jeu de cartes… non, laissez tomber) pour offrir un duel digne de cet événement haut en douleur pour les vaincus.

Après quelques échanges de regards et de sourires cachant une envie de massacrer l’adversaire et de l’envoyer vérifier si l’enfer est effectivement pavé de bonnes intentions, le duel final est lancé et offre tout ce qu’il faut pour faire monter la pression au maximum. En effet Hypno enchaîne les uppercuts pour mettre à mal l’ami pluggé et lui envoie, sec et sonnant, un 3-0 qui, s’il ne donne pas la victoire au joueur du Lausanne Esport, a le mérite d’offrir un deuxième round à la foule en délire (PlugIn obtenant une revanche en losers bracket). Et dans ce deuxième round décisif, sous une tension décuplée, c’est finalement le redoutable PlugIn qui renverse les pronostics et achève Hypno (et mes espoirs d’avoir prédit le vainqueur) pour s’octroyer le droit de monter sur la première marche du podium !

Mulligan Series podium

Le podium de la finale des Mulligan Series

Un magnifique épilogue qui met parfaitement fin à ces Mulligan Series 2018. Je pense que la totalité des joueurs se joindrait à moi, même si ça ferait beaucoup de monde sur ma chaise, pour remercier Arthur et Greg pour l’organisation toujours au top et la sympathie déployée tout au long de l’année. Je n’ai fait que prendre un brin en route le train Mulligan, mais c’est un plaisir de participer à ces events et de rencontrer cette communauté de passionnés toujours très accueillante qu’Asgard continuera de soutenir et de suivre à l’avenir.

Quelque chose me dit que Mulligan a de belles choses à vous proposer pour l’année 2019, donc ne les perdez pas de vue et n’oubliez pas : l’eSport fait vivre !

C’était Flowagada Jones pour Asgard en léger différé de Genève, à vous les studios !

Article écrit par Flowa le 16.01.2019

Vous pourriez apprécier

KFStone : finale à la carte

Les Mulligan Hearthstone Series – 6 tournois Hearthstone en Suisse Romande !

Gamescom 2017 : Conférence Blizzard – L’émotion par Blizzard

Hearthstone : L’extension Chevaliers du Trône de Glace est sortie

Tags: , , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.