"Esportainment" - Vers un esport porté par des influenceurs ? - Asgard GG
“Esportainment” – Vers un esport porté par des influenceurs ?
Par Ailoas le 27.05.2019

L’esport est en constante évolution. En quête de reconnaissance de toutes parts, il doit parfois évoluer pour gagner en visibilité. Et récemment, le chercheur Nicolas Besombes a évoqué une nouvelle notion : “l’esportainment”. Mais qu’est-ce que l’esportainement ? Voyons cela ensemble.

L’esportainment : Un esport porté par les influenceurs et le spectacle

Avec la croissance en popularité des streams, l’esport s’est vu transformé en véritable divertissement, lui permettant d’être plus accessible et plus visible. Mais sur les plateformes de streaming, ce ne sont pas les compétitions qui créent le plus d’engouement. Avec l’arrivée de jeux comme Fortnite, l’esport a subi de grands changements : le fun et la communication ont pris le pas sur la performance. Ce sont donc les créateurs de contenu qui se voient particulièrement suivis pour leurs exploits sur ces jeux. Mais qu’arrive-t-il quand ces créateurs créent des compétitions entre eux ?

La ZLAN a eu lieu récemment, une LAN d’un nouveau genre organisée par le streameur ZeratoR. Adrien “ZeratoR” Nougaret est ce qu’on appelle un influenceur qui a l’habitude d’organiser des compétitions autour de l’esport comme notamment sa Trackmania Cup, dont l’édition 2019 vient d’être annoncée.
Mais cette fois, la ZLAN a un concept éloigné de ses traditionnelles Cups sur Trackmania. Le concept était de regrouper des influenceurs du milieu du gaming (des personalités du stream comme ZeratoR) ainsi que des joueurs amateurs sur dix jeux vidéo différents – de jeux traditionnels de l’esport comme Starcraft II à des jeux plus “casu” comme Worms – sur un week-end. Nous sommes donc devant une LAN mais qui a pour but de proposer ici du divertissement plutôt qu’une performance sportive sur les jeux de prédilection des joueurs. Ce qui nous amène à la question suivante : est-ce que la ZLAN est esportive ?

Et c’est ici que la notion d’esportainment fait son apparition, décrite ainsi par Nicolas Besombes :

L’e-sportainment, c’est avant tout des compétitions qui fonctionnent sur le format d’invitation, sans qualification. Elles réunissent des joueurs compétitifs mais aussi des créateurs de contenu.

Ainsi donc la ZLAN, ainsi que les diverses compétitions comme les Fight For Sub (autres compétitions sous forme d’invitation avec comme prérequis le fait d’avoir une chaîne Twitch et un certain nombre d’abonnés) pourraient rentrer dans cette nouvelle case. Sur les 200 participants de la ZLAN, 80 sont des créateurs ou créatrices de contenu qui rentrent donc dans la catégorie d’invitation citée précédemment.

Adrien ZeratoR Nougaret

ZeratoR lors de la ZLAN

Une origine liée au marketing des jeux ?

Les origines de ce nouveau concept d’esportainement sont un peu vagues. L’essor du streaming ainsi que la naissance de créateurs de contenu suivis au quotidien par des milliers de gens ont eu un impact sur notre consommation du jeu vidéo. En effet, le jeu vidéo n’est plus seulement joué, il est regardé, parfois pour découvrir comment les professionnels jouent et découvrir leur technique, mais aussi parfois simplement comme un divertissement. Et c’est quelque chose que les agences marketing ont bien compris.

L’esportainment serait né d’une volonté de vendre un produit via l’influence des créateurs sur leur public. L’arrivée de gros jeux comme Fortnite pourrait en être la cause. Lors de ses débuts, le jeu avait proposé à des gros streamers de participer à des tournois sur invitation plutôt qu’à des joueurs professionnels. Mais pourquoi ce choix ? Pour gagner en visibilité !

Le jeu présenté comme Free-to-Play avait juste besoin de pub pour attirer des joueurs. Et quelle meilleure pub que de proposer à des streamers de s’essayer au jeu tout en le montrant à leur communauté ? Surtout que les influenceurs ont moins besoin d’entraînement qu’un joueur pro pour prendre du plaisir et faire le spectacle sur le jeu !

On a aussi pu voir une volonté des équipes esport à proposer plus d’entertainement comme avec la team Solary qui a fait le choix de marier esport et chaîne de stream.

Esport et esportainment : deux frères ennemis ?

Si d’un côté, on a un esport composé de joueurs professionnels, de ligues et de tournois, chapeauté par l’éditeur, de l’autre côté, on a une version plus fun s’adressant à un plus grand public et portée par des influenceurs. Mais si le show fait partie des deux comment faire la différence ?

L’esport dit traditionnel peut être spectaculaire comme on peut le voir dans les finales de League of Legends par exemple. Mais pourquoi faire une distinction entre esport et esportainement ? L’esport se concentre sur la performance et le chemin parcouru par l’équipe jusqu’à ce stade de la compétition, ce qui permet un parallèle avec le sport traditionnel. L’esportainment quant à lui laisse place à l’animation, aux défis ainsi qu’aux situations cocasses. On peut donc facilement s’imaginer pourquoi certains vont critiquer l’esportainment comme un “faux” esport, allant jusqu’à faire le rapprochement entre jeu TV et esportainement.

Deux public-cibles différents ?

L’esportainment va-t-il remplacer l’esport traditionnel ? Si le divertissement prend de plus en plus dans le monde de l’esport, ce n’est pas ce dernier qui va marquer la fin de l’esport traditionnel.

Il va juste s’ajouter à ce qui se fait déjà pour plaire à un plus grand nombre de personnes. Et le pire, c’est que par le divertissement, certains jeux ont été relancés, comme notamment la scène Trackmania qui depuis les diverses Cups de ZeratoR s’est re-professionnalisée ! On a pu notamment voir des équipes comme Oserv, Solary ou encore GamersOrigin investir dans cette scène qui autrefois était en déclin. On peut même voir nombre d’équipes esports annoncer leur line-up pour la Trackmania Cup 2019 en ce moment sur Twitter.

L’esportainment est donc une excellente porte d’entrée pour les personnes ne connaissant pas l’esport. Il aura aussi comme avantage de pouvoir rebooster l’intérêt pour certains jeux comme ce fut le cas pour Trackmania.

Article écrit par Ailoas le 27.05.2019

Vous pourriez apprécier

Servette Gaming Night : la fête à la maison

noetic lance sa campagne participative pour un Gaming Center !

Baloise Gaming Gear Insurance : L’assurance du matériel Gaming

Swisscom Hero League : Une nouvelle ligue et l’arrivée de l’esport mobile en Suisse

Tags: , , , , , , , ,

Aucun commentaire

Soyez le premier à commenter cet article!

Vous devez être connecté pour commenter.