La nostalgie du Dimanche : The Legend of Zelda - Asgard.gg

La nostalgie du Dimanche : The Legend of Zelda

Aujourd’hui, c’est Dimanche et comme Dimanche est le seul jour de la semaine qui rime avec Nostalgie, le Dimanche c’est Rétro Gaming. À tous les joueurs et joueuses amoureux de jeux Old-School, je vous donne rendez-vous tous les Dimanches pour faire un retour vers le passé avec la NDD, la Nostalgie du Dimanche. Aujourd’hui, le jeu qui va nous donner notre dose de nostalgie est…


The Legend of Zelda

Oh mon dieu, j’avais presque réussi à oublier cette publicité… Et en plus on ne dit pas “La légende de Zelda” bordel… BREF ! Vous l’avez compris, nous allons parler ajourd’hui du tout premier épisode de la série The Legend of Zelda. Autant commencer par le premier épisode, n’est-ce pas ?

The Legend of Zelda - Début

Le commencement d’un grand jeu, mais aussi d’une grande série !

The Legend of Zelda (aussi appelé Zelda 1 ou TLoZ) est sorti en 1986 au Japon et en 1987 en France sur NES et il a été édité par Nintendo. Le premier jeu de la série Zelda est surtout connu pour être le tout premier jeu de l’histoire à offrir aux joueurs la possibilité de sauvegarder leur partie afin de pouvoir la reprendre plus tard sans avoir à rentrer un Mot de passe, ce qui pour l’époque était une véritable révolution. L’homme à l’origine de ce jeu s’appelle Shigeru Miyamoto et s’il est aujourd’hui reconnu mondialement, à l’époque déjà il avait offert au monde du jeu vidéo des titres tels que Donkey Kong ou Super Mario.

La série Zelda à également été pensée pour offrir aux joueurs ce que la série Mario ne pouvait leur offrir. Les jeux Mario par exemple ont une caméra de côté, là où les jeux Zelda ont une vue de dessus. Pour finir sur les anecdotes, Shigeru Miyamoto a également avoué qu’un jour, alors qu’il n’était encore qu’un enfant, il était tombé sur une grotte non loin de chez lui. Malgré sa peur, il est parti explorer cette grotte avec une lanterne, cette “aventure” qu’il a vécue étant enfant lui donna l’idée de la série Zelda.

The Legend of Zelda : l’histoire

Voici l’histoire de The Legend of Zelda telle qu’elle nous est contée dans le jeu :

The Legend of Zelda - Histoire

Il y a de cela plusieurs années, le Prince des ténèbres Gannon vola la Triforce de la Force. La princesse Zelda possédait la Triforce de la Sagesse. Elle la divisa en 8 fragments qu’elle cacha de Gannon avant d’être capturée. Link, retrouve les 8 fragments pour la sauver.

Pour l’anecdote, “Gannon” devait normalement s’écrire “Ganon”, mais à cause d’une mauvaise manipulation, le méchant du jeu s’est retrouvé avec un N de plus. Les rééditions de The Legend of Zelda sur console virtuelle Wii/Wii U et Game Boy Advance ont depuis corrigé cette erreur. Étonnamment, la version 3DS se retrouve de nouveau avec la faute.

Avant de parler plus en détails de l’histoire du jeu The Legend of Zelda, faisons d’abord un rapide topo sur l’histoire du monde de Zelda en général, afin que vous ne soyez pas perdus dans les explications qui vont suivre. Le monde de Zelda s’appelle Hyrule et voici la légende qui y est contée :

Étant donné que les différents jeux de la série Zelda s’étalent sur plusieurs siècles/millénaire, les légendes qui sont racontées changent à chaque jeu. Cette légende-ci est racontée dans le jeu “Ocarina of Time” et selon mon expérience en tant que fan inconditionnel de la série, j’estime qu’il s’agit de la meilleure légende d’Hyrule quand on débute l’apprentissage du monde de Zelda.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo, les déesses créatrices offrirent au monde la Triforce, qui est composée de trois fragments, la Triforce de la Force, la Triforce de la Sagesse et la Triforce du Courage. Dans presque tous les jeux de la série Zelda, le héros Link possède la Triforce du Courage, la princesse Zelda possède la Triforce de la Sagesse et le méchant Ganon/Ganondorf, possède la Triforce de la Force. La légende raconte que la Triforce a le pouvoir d’exaucer n’importe quel vœu. Si un homme au cœur pur touche la Triforce, Hyrule connaîtra l’âge d’or. En revanche, si un homme au cœur noir touche la Triforce, le monde tombera aux mains des ténèbres. L’objectif de Ganondorf est donc de rassembler les trois Fragments de la Triforce afin de pouvoir faire son vœu. Vous l’avez compris, comme c’est un méchant, il veut faire un vœu pas très très gentil et en tant que héros, notre but est de l’en empêcher, voilà.

The Legend of Zelda - Link

Le héros, Link, est prêt pour sa destinée.

Bien ! Après ce petit cours d’histoire, retournons maintenant à The Legend of Zelda. Comme vous l’avez deviné, nous incarnons donc un jeune homme prénommé Link qui possède la Triforce du Courage. Il a pour objectif de rassembler les 8 fragments de la Triforce de la Sagesse de la Princesse Zelda afin de vaincre Gannon, qui possède la Triforce de la Force, et de sauver le monde d’Hyrule. Vous avez à quelques nuances près, l’histoire basique d’un Zelda.

 

The Legend of Zelda : Les points positifs du jeu

Avant de commencer, sachez que les points positifs et négatifs que je vais énumérer ne sont qu’un avis personnel !

La musique

  • En tant que pilier et premier jeu de la série, The Legend of Zelda pose les bases de ce qui deviendra au fil des années une série Mythique. Quand on parle d’un Zelda, il y a une chose qui nous vient tout de suite à l’esprit, ce sont les musiques. Même une personne qui n’a jamais joué à un jeu Zelda en a pourtant déjà entendu une mélodie. The Legend of Zelda possède bien évidemment des musiques cultes et malgré le fait que le jeu ne possède que très peu de musiques, chacune se place au bon endroit au bon moment, afin de garantir une immersion totale. La musique d’introduction par exemple, est tout simplement mythique.

Ou la musique de la plaine d’Hyrule, douce et entraînante.

Ces musiques ont posé les bases de la série en termes de bande son. D’ailleurs, même si le jeu a maintenant 30 ans, les jeux Zelda plus récents utilisent parfois les musiques de Zelda 1, en les remixant un peu. Alors bien évidemment, il faut aimer les musiques “8-bits” afin d’apprécier les musiques à leur juste valeur, sinon, il y a de fortes chances pour que ça vous agresse les oreilles. Le seul reproche qu’on pourrait faire à ce niveau-là, c’est que The Legend of Zelda ne possède que très peu de musiques, même si encore une fois elles sont toutes superbes, on fait vite le tour et à force elles peuvent devenir lassantes. Pour l’anecdote, le compositeur des musiques de la série Zelda, Koji Kondo, est aussi le compositeur de la série Super Mario.

La durée de vie

  • Autre point positif, comme je l’expliquais en début d’article, The Legend of Zelda est le premier jeu à offrir aux joueurs la possibilité de pouvoir sauvegarder sa partie. À l’époque, il fallait rentrer des mots de passe assez longs voire complexes, qu’il fallait noter soi-même sur un papier avec le risque de perdre le précieux sésame. Une véritable révolution. The Legend of Zelda possède également une durée de vie convenable pour l’époque.Même si le monde d’Hyrule peut paraître relativement petit, il faut tout de même s’aventurer dans pas moins de 9 donjons différents tout en résolvant les diverses énigmes présentes sur votre chemin, à l’aide de l’arsenal que récupère Link au fur et à mesure de sa quête. Nous pouvons par exemple parler de l’Arc qui nous servira à activer des pièges à distances, les bombes qui nous servent à exploser certains murs pour trouver des passages secrets, ou encore le Boomerang qui permet d’étourdir pendant quelques secondes un ennemi afin d’en venir à bout plus facilement. Zelda 1 possède également une quête annexe, qui consiste à partir à la recherche de réceptacles de cœur afin d’augmenter notre barre de vie. Il s’agit là encore d’un basique de la série, que l’on retrouve dans chacun des jeux Zelda. De plus, il existe un secret qui à l’époque était connu de peu de joueurs : The Legend of Zelda offre la possibilité de choisir le nom du Héros et là où beaucoup de monde utilise le nom normal du Héros, à savoir “Link”, ou tout simplement leur prénom/pseudo, il faut savoir que si vous entrez le nom “Zelda” vous aurez accès à une deuxième quête totalement différente de la première. Les donjons seront différents, les ennemis plus coriaces et la deuxième quête offre plus de challenge que la première. Ce qui fait que The Legend of Zelda offre aux joueurs un total de 2 aventures différentes, ce qui rallonge encore la durée de vie. Il est également possible de jouer à cette deuxième quête après avoir terminé la première.

Le bestiaire

  • Ensuite, nous pouvons également parler du bestiaire, qui est lui aussi l’un des points forts du jeu. À l’époque, étant donné que les capacités techniques étaient limitées, les développeurs utilisaient une simple “recolorisation” d’un ennemi pour en créer un nouveau. Par exemple, vous croisez un ennemi de couleur rouge qui est très simple à battre et plus tard, vous retombez sur le même ennemi mais cette fois de couleur bleue et il est beaucoup plus difficile à battre, c’est la recolorisation, aussi appeler “recolor”.

The Legend of Zelda - Moblin

Voici un exemple de recolor sur l’un des ennemis de Zelda 1, le Moblin.

Dans The Legend of Zelda nous retrouvons bien évidemment un peu de Recolor, auprès des Leever, des Moblin ou des Octorok par exemple, mais Zelda 1 offre un bestiaire conséquent pour un jeu de cette époque. Avec plus de 30 ennemis sans compter les recolors, The Legend of Zelda possède un bestiaire plus conséquent que celui de Metroid 1 par exemple. De plus, le bestiaire est suffisamment varié pour ne jamais avoir l’impression de tuer toujours le même type d’ennemis. Nous avons par exemple l’Octorok qui attaque à distance en nous crachant des pierres au visage, l’Araknon qui passe son temps à nous sauter dessus, les Leevers qui sortent du sol pour nous prendre par surprise, ou encore le Darknut qui possède une attaque et une défense du feu de dieu. Il faut savoir s’adapter à chaque ennemi au risque de voir souvent apparaître l’écran de Game Over.

The Legend of Zelda : Les points négatifs

La traduction

  • L’un des plus gros points noirs, si ce n’est LE plus gros défaut du jeu, qui est en même temps le défaut de pratiquement tous les jeux sortis à cette époque en fait, c’est qu’il n’a été traduit qu’en anglais. Alors certes, le jeu ne possède presque pas de dialogues, cependant, il est possible de trouver des indices auprès de certains PNJ cachés à travers Hyrule, qui nous donnent des indications pour trouver la position du prochain donjon.

The Legend of Zelda - Anglais

Non monsieur, je ne comprends pas votre langue !

En gros, si on ne comprend pas du tout l’Anglais, on se retrouve donc en fait à tourner en rond sur la carte dans l’espoir de trouver le prochain donjon. Quand on ne sait pas que l’entrée du dernier donjon se trouve dans la montagne de la mort, et qu’il faut utiliser une bombe sur un mur pour débloquer l’entrée, vous pouvez toujours tourner en rond, vous ne trouverez pas cette entrée de touille (NON, je ne rage pas d’avoir tourné en rond pendant 3 jours… Oh ça va hein, j’avais 5 ans à l’époque, alors oui, je ne connaissais rien à l’anglais =D)

La difficulté

  • Deuxième défaut du jeu, nous pouvons aussi parler de la difficulté du jeu. Alors certes, comparé aux autres jeux de l’époque, The Legend of Zelda ne se révèle pas être un challenge insurmontable, même si certains ennemis comme les Darknut ou les Lynels peuvent néanmoins vous faire passer de vie à trépas en 2 coups. Cependant, la palme de l’ennemi le plus difficile du jeu (hormis Gannon, le boss de fin) revient toutefois au boss prénommé Gleeok, un dragon qui possède plusieurs têtes et quand on lui en tranche une, elle s’envole et nous crache des boules de feu à la figure. Une véritable torture. Après, la vraie difficulté du jeu est de réussir à comprendre les PNJ quand on ne comprend pas l’anglais et… Oui oui d’accord je l’ai déjà dit ça.

The Legend of Zelda - Ganon

Et dire qu’à cette époque, on trouvait Gannon “impressionnant”.

Le scénario

  • Dans les points négatifs, nous pouvons également parler du scénario. Alors, si le scénario du jeu en lui-même n’est pas un problème, le héros qui doit sauver la Princesse et le monde, le problème réside surtout dans le fait qu’on ne sait rien d’autre. On ne sait pas d’où viennent le héros Link et le méchant Gannon, comment Gannon a entendu parler de la Triforce… rien du tout. Alors certes, on pourrait dire qu’à l’époque les scénarios de jeu n’était pas développés, mais à la même époque sortait Final Fantasy I, lui aussi sur NES et le scénario/l’histoire est on ne peut plus présent. Et puis The Legend of Zelda est un jeu d’aventure avec les éléments d’un RPG, un jeu d’Aventure/RPG qui ne possède pas de scénario en bonne et due forme, ça fait tout de même un peu tache.

 

The Legend of Zelda : quelques images

Terminons cet article en regardant diverses images tirées de The Legend of Zelda.

 

The Legend of Zelda - Map

La carte entière d’Hyrule.


The Legend of Zelda a également bénéficié de plusieurs rééditions :

  1. En 2003, il fait partie de la Collector’s Édition sortie sur GameCube.
  2. En 2004, il est disponible sur Game Boy Advance.
  3. Il est également disponible sur la console virtuelle de la Nintendo 3DS, de la Wii et de la Wii U.

 

Où acheter The Legend of Zelda

 

  1. Vous pouvez l’acheter sur l’E-Shop de la Nintendo 3DS au prix de 4.99€.
  2. Vous pouvez l’acheter sur l’E-Shop de la Wii U au prix de 4.99€.
  3. Si vous désirez acheter The Legend of Zelda sur NES, Game Boy Advance ou l’édition collector disponible sur Nintendo GameCube, il vous faudra passer par des sites de ventes entre particuliers.

 

Voici qui clôt ce premier “La nostalgie du Dimanche”. Rendez-vous Dimanche prochain donc, pour un nouveau retour vers le passé.

 

*Non non, il n’y a aucune faute. Dimanche est bien le seul jour de la semaine qui rime avec Nostalgie et puis c’est tout, voila !

Article écrit par Luyan le 07.08.2016

Vous pourriez apprécier

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Pin It on Pinterest

Shares